Abonnez-vous à -50%

Les syndicats manifestent à Mons et Quaregnon

Les syndicats manifestent à Mons et Quaregnon
Photos et vidéos : EG et Pa. Ti.

Les syndicats soulignent que la crise sanitaire a creusé les inégalités mais que les organisations patronales « n’ont toujours pas compris l’importance de la concertation sociale ». D’après eux, le patronat refuse de remettre à temps un avis commun sur l’enveloppe bien-être, négociée tous les deux ans.

Cette enveloppe contient un budget fixe qui permet aux interlocuteurs sociaux, après validation par le gouvernement fédéral, d’augmenter certaines allocations au-delà de l’indexation normale (chômage, pensions, indemnités de maladie et d’invalidité, indemnités en cas d’accident du travail et de maladie professionnelle). « Les employeurs préfèrent une fois de plus lier ce débat aux négociations de l’accord interprofessionnel (AIP) 2021-2022, ce qui réduit fortement les chances d’aboutir à un vrai progrès social pour les travailleurs et travailleuses », déplore le front commun syndical.

Les syndicats demandent donc au futur gouvernement une pension minimum légale à 1.500 euros net par mois, le maintien du gel de la dégressivité des allocations de chômage et d’insertion (y compris pour les artistes) ainsi qu’un refinancement de la sécurité sociale, des services publics et des soins de santé.

► La FGTB était sur le marché de Quaregnon

► La CSC était au square Roosevelt à Mons

► Toutes nos photos et vidéos

Notre sélection vidéo