Abonnez-vous pour 1€

Group S: «On doit continuer à investir dans le digital»

Vidéo
Group S: «On doit continuer à investir dans le digital»

« Tout en gardant la proximité physique que nous avons avec nos clients », nuance l’entreprise

« Group S est une société multi-services, nous explique Thomas Prade, business développement manager Wallonie Picarde au sein de l’entreprise. Nous avons notre propre caisse pour indépendants notre guichet d’entreprises, mais on est surtout connu pour notre secrétariat social, c’est-à-dire le traitement des fiches de paie. »

Quand le confinement lié à la Covid est arrivé, « on s’est d’abord inquiété pour la santé et des collaborateurs et des clients. On était tous dans l’incertitude. Et puis, après, très vite, on était en première ligne pour aider les indépendants avec le droit passerelle, parce que le gouvernement lançait des aides mais on n’avait pas été mis directement au courant. On a donc beaucoup aidé les indépendants et les entreprises dans leurs démarches, pour leur fournir des attestations. Et puis, évidemment, on s’est posé des questions. Est-ce qu’on n’a pas des clients qui vont être en faillite ? »

Comme pour de nombreuses entreprises, durant la crise, le digital a permis à Group S de faire du télétravail. « Avec des déviations de lignes téléphoniques. C’était important ! On a également mis à jour les accès sécurisés à nos plateformes qui contiennent des données très confidentielles comme les salaires des personnes. Ça nous a permis de traiter les dossiers et les fiches de paie – même s’il y avait du chômage force majeur – comme si on était au bureau. Heureusement qu’on a un logiciel de prestations qui permet d’aider et nos collaborateurs et surtout les clients dans ces démarches. »

« Mais pour être honnête, on s’est rendu compte que le digital ne remplacera jamais les contacts physiques et humains qu’on peut avoir. Le digital peut faciliter la vie des gens dans l’encodage et leur permettre de gagner du temps, mais ils ont quand même besoin d’avoir un contact téléphonique ou de venir au guichet. Notre travail reste avant tout des relations humaines. Ce qui fait notre force, c’est un service personnalisé. Chaque client a un gestionnaire attitré, qui est spécialisé dans son secteur. »

Thomas Prade reste néanmoins convaincu du rôle que continuera de jouer le digital dans les années à venir. « On doit continuer à investir dans le digital, tout en gardant la proximité physique que nous avons avec nos clients. »