Qui est Alexander De Croo, notre nouveau Premier ministre issu du monde de l’entreprise?

belgaimage-151746385-full
Belga

Son parti, l’Open VLD, dont il fut président de 2009 à 2012, est une formation charnière dans le paysage politique belge, très souvent associée aux coalitions gouvernant le pays.

Il faut toutefois remonter à Guy Verhofstadt (1999-2008) pour retrouver un chef de gouvernement issu de ce parti. Aujourd’hui âgé de 44 ans, M. De Croo a été ministre sans interruption depuis 2012.

Son arrivée au « 16 rue de la loi », le Downing Street de Bruxelles, marque aussi le retour d’un Flamand après neuf années de présence francophone à la Chancellerie. Il succède à Sophie Wilmès.

Ce parfait bilingue a été vice-Premier ministre dans trois équipes gouvernementales, sous l’autorité du socialiste Elio Di Rupo de 2012 à 2014, puis avec les libéraux francophones Charles Michel (2014-2019) et Sophie Wilmès (2019-2020).

Dans le gouvernement sortant, il détenait le portefeuille des Finances, dont il avait hérité en décembre 2018, quand les nationalistes flamands de la N-VA avaient lâché la coalition de centre-droit dirigée par Charles Michel.

Auparavant il a été ministre des Pensions (2012-2014) puis ministre de la Coopération au développement, de l’Agenda numérique et des Télécoms (2014-2018).

La formation d’une nouvelle coalition de sept partis (des familles libérales, socialistes, écologistes, auxquelles s’ajoutent les chrétiens-démocrates flamands) marque la fin d’une période de 21 mois sans gouvernement majoritaire.

Alexander De Croo doit encore prêter serment devant le roi Philippe, jeudi matin, pour prendre officiellement ses fonctions.

Son équipe devra ensuite obtenir la confiance du Parlement dans les jours qui viennent.

Fils de

M. De Croo a été « impliqué dans quasiment toutes les discussions importantes ces dernières années », a relevé le quotidien belge L’Echo.

Il était par exemple en première ligne cet été pour négocier les conditions du soutien financier de l’Etat à la compagnie Brussels Airlines (groupe Lufthansa), ébranlée comme tout le secteur aérien par la pandémie de coronavirus.

C’est en 2009 que cet ingénieur commercial, titulaire d’un MBA de la Kellogg School of Management de Chicago, « fait le saut du monde de l’entreprise au monde politique », selon la biographie en ligne sur son site.

En mai 2009, il est candidat aux élections européennes sur la liste emmenée par Guy Verhofstadt, auquel il succède en décembre de la même année à la tête de l’Open VLD.

Il a alors tout juste 34 ans et cet homme au visage lisse de gendre idéal s’impose comme un poids lourd de la politique flamande.

« Il a su s’élever au-dessus des divisions de son parti et cultiver l’image d’un gestionnaire sérieux, de plus en plus respecté », déclare à l’AFP le politologue flamand Dave Sinardet, qualifiant son ascension politique de « fulgurante ».

Né le 3 novembre 1975 à Vilvorde, dans la banlieue de Bruxelles, il est le fils de Herman De Croo, lui-même figure de l’Open VLD, qui fut ministre et a présidé la Chambre des représentants de 1999 à 2007.

Il a étudié pendant cinq ans à la Solvay Business School, faculté d’économie et de gestion de l’Université libre de Bruxelles (ULB), dont il est sorti en 1998 avec un diplôme d’ingénieur commercial.

Entre 1999 et 2006, il travaille pour un des plus grands cabinets de conseil en stratégie au monde, le Boston Consulting Group.

En 2006, il fonde sa propre société Darts-IP (aujourd’hui filiale de l’américain Clarivate Analytics), un bureau de conseil spécialisé dans les droits de la propriété intellectuelle.

Fin 2018, il se fait remarquer en publiant un livre intitulé « Le siècle de la femme », dans lequel il plaide pour la parité des sexes au gouvernement et pour un « soutien actif » des hommes à la cause féministe.

Alexander De Croo est marié et père de deux garçons, Tobias et Gabriel.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo