Abonnez-vous pour 1€

Charleroi peut écrire l’histoire en Europa League: «Le groupe est conscient de l’importance de la rencontre»

Charleroi peut écrire l’histoire en Europa League: «Le groupe est conscient de l’importance de la rencontre»
Photo News

Karim Belhocine, votre adversaire a eu l’occasion d’avoir du repos le week-end passé. Ce n’est pas votre cas. Quel impact cela peut-il avoir et à quel genre de match vous attendez-vous?

C’est vrai qu’en Pologne, Poznan a eu l’occasion de se reposer. Mais on peut prendre ça de deux façons. Soit ça permet d’avoir un peu plus de fraîcheur, soit à l’inverse, ça nous a permis à nous de rester davantage dans le rythme. Mais on ne doit pas se poser de question par rapport à ça. Pour en revenir au match, on s’attend à affronter un adversaire en confiance, qui s’est qualifié avec la manière au tour précédent. Il faudra être à 200% pour rendre heureux nos supporters.

Vous commencez à enchaîner les matches. Dans quel état de fatigue estimez-vous vos joueurs actuellement?

Tout d’abord, on aura eu quatre jours entre le match à Mouscron et celui de ce jeudi, ce qui est largement suffisant pour récupérer. Pour la suite (NDLR, dimanche contre le Standard), on verra bien vendredi matin. C’est déjà difficile de gérer la fatigue quand elle est présente donc on ne va pas commencer à gérer une fatigue éventuelle quand elle n’est pas là. On ne doit pas calculer et tout donner dans cette rencontre. Il ne faut pas jouer ce match avant ni après, mais être prêt à le jouer à 19h, quand le coup de sifflet lancera le match. Et ensuite, s’il s’agit de gérer dans la fatigue en vue du match suivant, on le fera, tout comme notre adversaire le fera.

Vous pouvez écrire une page de l’histoire du club ce jeudi soir, dans quel état sentez-vous vos joueurs?

On a un groupe qui est à la fois conscient de ce qu’il fait, mais aussi un peu insouciant dans sa façon d’appréhender les choses. On l’a vu dans sa façon de fêter la sélection chez les Diables de Joris ce mercredi. Ce groupe aimerait beaucoup pouvoir écrire une page d’histoire du club. Mais s’ils peuvent écrire une page de l’histoire du club, de la Ville, les joueurs peuvent surtout écrire une page de leur histoire à eux. Beaucoup d’entre eux n’ont pas connu ça et si on doit rentrer dans l’histoire, ce sera en le faisant tous ensemble et en donnant tout.

Justement, comment le noyau a-t-il vécu la sélection de Joris Kayembe?

Elle a été très bien accueillie par tout le monde. C’est une récompense suite à son beau début de saison. On est très fier de lui.

Est-ce qu’émotionnellement, ça peut être difficile à gérer avant un match aussi important?

Il a les pieds sur terre et j’espère qu’il va prendre ça comme une récompense. Et si ça lui fait un choc psychologique, il sera plutôt positif et ça pourrait même faire qu’il se surpasse encore.

Foot amateur et chez les jeunes

► Tous nos articles CHARLEROI pour 1€ !


Notre sélection vidéo