Shannen Doherty donne des nouvelles peu rassurantes de son cancer

Dans l'interview, Shannen Doherty explique comment elle envisage et se prépare au pire...
Dans l'interview, Shannen Doherty explique comment elle envisage et se prépare au pire... - © Isopix

A part quelques posts plus ou moins rassurants sur son compte Instagram, Shannen Doherty n’avait pas témoigné depuis qu’elle a révélé, fin janvier dernier, la récidive de son cancer du sein – diagnostiqué en 2015 et contre lequel elle s’était battue pendant deux ans, subissant mastectomie, chimio et radiothérapie, avant d’être en rémission depuis 2017 –, désormais diagnostiqué en phase terminale. Une récidive qui l’a d’abord « pétrifiée ».

« Est-ce que j’ai un mauvais karma ? Pourquoi aurais-je un mauvais karma ? », raconte Shannen à la journaliste de Elle, expliquant ainsi qu’elle s’est posé beaucoup de questions quand on lui a diagnostiqué ce cancer de stade 4. « J’ai commencé à faire le point sur ma vie et les choses que j’avais faites, et les choses que je n’avais pas faites. Comment j’étais avec les gens. A la fin, j’en suis arrivée à me dire que j’avais un bon karma. Cela peut ne pas en avoir l’air mais j’ai été un bon être humain. »

Et l’actrice de « Beverly Hills » d’expliquer aussi à quel point la maladie a changé sa vision de la vie : « J’essaie de chérir tous les petits moments que la plupart des gens ne voient pas vraiment ou prennent pour acquis. Les petites choses sont amplifiées pour moi. Nous avons ce puits sans fin en nous, et il s’agit simplement de creuser ce puits pour avoir la force de faire face à l’adversité », poursuit-elle.

Si elle se bat aujourd’hui avec courage contre la maladie, Shannen raconte aussi comment elle envisage et se prépare au pire… Son idée : enregistrer des petites vidéos que ses proches et sa famille pourront visionner après son décès. « Il y a des choses que j’ai besoin de dire à ma mère. Je veux que mon mari sache ce qu’il représente pour moi. » Et d’expliquer aussi comment tourner ces vidéos est forcément compliqué émotionnellement… « Peu importe le moment où il sera temps pour moi de le faire, ça donne l’impression que vous renoncez et je ne renonce pas. Je me sens très en forme. C’est dur de préparer votre départ quand vous sentez que vous pouvez vivre encore 10 ou 15 ans. »

Notre sélection vidéo