Abonnez-vous à -50%

Trois amis sont gardés en quarantaine depuis 45 jours en Italie sans ressentir les symptômes du Covid-19: «C’est difficile de rester optimiste…»

Trois amis sont gardés en quarantaine depuis 45 jours en Italie sans ressentir les symptômes du Covid-19: «C’est difficile de rester optimiste…»
Facebook

À l’origine, Will, Rhys et Guinn enseignaient l’anglais dans un camp de vacances à Florence lorsqu’ils ont été contaminés au coronavirus il y a six semaines. Ces trois amis britanniques ont alors été placés en quarantaine dans un centre par les autorités italiennes. Et pour sortir de là, les jeunes hommes doivent être testés deux fois négativement au Covid-19 en 24 heures.

Sauf que cela fait 45 jours que les tests révèlent à chaque fois que l’un d’entre eux est positif, alors qu’ils ne ressentent plus aucun symptôme. Cette méthode est d’ailleurs décriée par de nombreux scientifiques, car les tests peuvent capter des cellules Covid-19 mortes chez les patients guéris, ce qui entraîne des faux positifs.

« Il est très difficile de rester optimiste quand on a l’impression qu’il n’y a aucun espoir de s’en sortir et que les résultats des tests ne sont pas ce qu’ils devraient être. Nous envisageons les tests privés car nous voulons savoir si les résultats sont exacts. Mais si le coût est excessif, nous ne pourrons pas nous le permettre, car l’un d’entre nous est étudiant et les deux autres sont au chômage », explique Will Castle.

Une sorte de prison

Et le quotidien dans ce centre n’est pas facile : « C’est épuisant. Ce qui s’est développé pour moi, c’est une apathie générale. J’ai du mal à trouver des formes de distraction qui fonctionnent. Nous ne sommes toujours pas autorisés à quitter nos chambres, nous nous sentons complètement impuissants, nous n’avons aucun contrôle sur rien. J’aimerais plus que tout avoir une certaine routine pour ma santé mentale. »

La liberté ou non de quitter cette prison sanitaire est entre les mains des autorités italiennes, qui ne semblent pas enclines à faire bouger les choses. « L’ambassade britannique à Rome a déclaré qu’elle ne pouvait pas interférer avec les mesures locales de contrôle de la propagation du virus, mais qu’elle soutenait les trois hommes en leur fournissant de la nourriture, des chambres et une assistance médicale », poursuit le jeune homme. Contactées par Metro UK, les autorités sanitaires italiennes n’ont pas encore réagi.

Notre sélection vidéo