Abonnez-vous pour 1€

Emmanuel Macron: «Johnny… Ce jeune Belge»

Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron. - D.R.

Emmanuel Macron, revenant sur la vie de Johnny, l’a qualifié de « jeune Belge » au début de sa carrière. Et pourtant, si son pere était bien Belge, Johnny n’a jamais eu la double nationalité. En 2007, lorsque Johnny a introduit une demande de naturalisation, notre ambassadeur à Paris était d’ailleurs formel. «  Johnny croyait avoir la double nationalité mais nos services ont étudié le dossier et cela s’est infirmé  », nous détaillait-il alors, sur base d’une analyse juridique fouillée. «  Quand son père, belge, l’a reconnu, il n’était pas encore divorcé de précédente épouse française. Or, à l’époque, nos lois n’autorisaient pas la reconnaissance d’enfants adultérins, au contraire des textes français.  »

Un discours émouvant

Reste que le discours d’Emmanuel Macron a ému la foule. « Vous êtes là pour lui, pour Johnny Hallyday. 60 ans de carrière. 1.000 chansons, 50 albums et vous êtes là, encore là, toujours là », a lancé Emmanuel Macron à Johnny et à la foule. « Je sais que vous vous attendez à ce qu’il surgisse de quelque part. Il serait sur une moto, il avancerait vers vous, il entonnerait la première chanson et vous commenceriez à chanter avec lui. Il ferait semblant d’oublier une chanson et vous la réclameriez. Vers la fin, il présenterait ses musiciens et vous applaudiriez. Il vous dirait qu’il vous aime. Alors oui, ce samedi de décembre est triste, mais il fallait que vous soyez là car Johnny était là pour vous depuis le début. Il a traduit ce que vous aviez dans le coeur. Dans sa voix, dans son visage, il y avait une humanité qui vous perce à jour et fait qu’on se sent moins seul. Pour beaucoup, il est devenu une présence indispensable, un ami, un frère. Certains ont le sentiment d’avoir perdu un membre de leur famille, mais vous aussi vous étiez dans sa vie. Vous avez vécu ses succès et ses échecs. Vous l’avez vu chanter dans les petites salles et les plus grands stades. Frôler la mort plusieurs fois. Vous l’avez aidé car il savait que vous étiez là pour lui »

Notre sélection vidéo