Abonnez-vous pour 1€

Peak Beer: «La crise a été l’occasion de finaliser notre site de vente en ligne»

Vidéo

Victor Ernst et Gauthier Demolin y travaillaient depuis plusieurs mois

« La Brasserie Beak Beer est née de notre passion, à Victor Ernst et moi, pour la bière et pour les rencontres et les échanges humains, nous explique Gauthier Demolin, 47 ans, originaire de Jalhay, cofondateur et administrateur délégué de la brasserie. C’est une région que j’affectionne tout particulièrement parce que j’y ai grandi. »

« On a d’abord eu l’occasion de brasser comme amateurs pendant plusieurs années. Victor est un chef d’entreprise très dynamique. D’une discussion de fin de soirée, on a très rapidement vu apparaitre des choses concrètes. On s’est vu, revu… On est allé prospecter sur le terrain parce que, pour un tas de raison, on pensait que les Hautes-Fagnes sont l’endroit idéal pour implanter notre brasserie. D’abord, parce qu’il n’y en avait pas aux alentours, sinon celle de de Bellevaux à Malmedy. Ensuite, parce que pour faire une bonne bière, il faut une bonne eau et celle des Fagnes est magnifique, puisqu’elle a une belle acidité qui permet de faire des bières légères et savoureuses. Et puis, c’est une région qui est touristique été comme hiver. Il y a énormément de gites, de touristes, en hiver pour les paysages hivernaux et la neige, en été pour les promenades et les randonnées. »

Les deux amis peaufinent ensuite leur concept. « Une brasserie-pub, avec une partie restauration, pour distribuer nos produits. C’est un bâtiment qui est le départ de plein de balades pour visiter les environs. On a ensuite trouvé ce grand terrain qu’on racheté et sur lequel on s’est implanté. Et puis, tout aussi rapidement, en profitant de l’enthousiasme de la commune qui a compris que ça allait amener de l’activité, de l’emploi, une bière sur le territoire, on a pu voir monter le bâtiment. »

En moins d’un an, la brasserie produisait déjà 4 bières. « Quelques bières supplémentaires ensuite. Les premiers brassins remontent à octobre 2017. On a ouvert la partie horeca début 2018. À carnaval, on a pu profiter d’un enneigement incroyable qui nous a permis d’avoir rapidement du monde pour visiter l’endroit, déguster nos bières et en parler autour d’eux. Ça nous a permis de pouvoir produire de plus en plus de bière et des volumes qui devenaient intéressants. »

Gauthier Demolin et son associé ont eu peur pour leur entreprise lorsque la crise de la Covid est arrivée. « Oui ! Parce que notre boisson est principalement consommée dans les bars, les restos et les événements festifs. Cela représente une grosse partie des volumes que l’on produit. On s’est rapidement rendu compte que la fermeture des bars, des cafés et l’annulation de tous les rendez-vous festifs de la région allaient impacter notre premier business. Et puis, la fermeture de notre activité horeca a aussi eu des conséquences sur les rentrées. »

Les deux associés travaillaient depuis plusieurs mois à la création d’un site de vente en ligne. « La crise a été pour nous l’occasion de le finaliser. Nos bières sont désormais disponibles sur internet et on livre à domicile. »