«Une brique dans le ventre»: promenons-nous dans le bois

Particularité de cette maison
: le bois s’invite à l’intérieur comme à l’extérieur.
Particularité de cette maison : le bois s’invite à l’intérieur comme à l’extérieur.

À la faveur de l’émission de ce soir, Cédric et Virginie nous invitent à découvrir une bâtisse en bois, d’aspect un peu monolithique et qui a été construite sur un « terrain pas facile ». Autre particularité de la maison de Sofie et Johannes ? Le bois y joue un rôle de premier plan, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

La diagonale de la terrasse

Johannes explique le pourquoi de cette maison toute de bois vêtue : « Je déteste quand il y a cacophonie de matériaux. On voulait un matériau qui puisse envelopper la maison toute entière, les murs comme la toiture. Pour emballer son logis et réaliser ce bardage intégral, il a délibérément choisi du bois de coffrage qu’il a récupéré sur plusieurs chantiers et qu’il a lui-même placé. À ses yeux, il ne s’agissait pas seulement de réaliser de considérables économies mais aussi, d’obtenir un aspect brut, qui a déjà « vécu ».

Avant de visiter le cœur du logis, un détour par la terrasse s’impose. Vu le caractère pentu autant que « très carré » du terrain, elle a été aménagée « en diagonale », pour mieux accompagner la façade arrière. Elle se termine par une pièce d’eau, sur laquelle le soleil fait le plongeon, offrant de jolis reflets qui se déploient sur les murs intérieurs.

À l’intérieur de la demeure, on tombe sur du bois, encore du bois. Bois sombre pour le hall d’entrée, auquel succède un habillage de bois clair pour les pièces à vivre. Un parti-pris de luminosité et, à la faveur du contraste entre l’un et l’autre, un côté très graphique. Histoire de suggérer les différents espaces plutôt que de les délimiter à l’aide de portes et de murs.

La volonté était clairement d’œuvrer avec le maximum d’uniformité possible, en se concentrant sur quelques matériaux et, surtout, en préservant le caractère un peu brut des lieux. Ce dernier étant encore accentué par le sol en béton lissé qui agrémente toutes les pièces du rez-de-chaussée. Mention spéciale pour la cage d’escalier qui a été intégrée à l’ensemble de façon spécialement intelligente. On la découvre pas du tout dans le hall d’entrée mais derrière l’une des parois en bois habillant la pièce centrale. Cet escalier si discret, il conduit à l’étage et à un espace ouvert accueillant un bureau. On découvre une suite parentale et deux chambres d’enfants. On y retrouve cette même volonté de simplicité et un aménagement qui respecte les beaux volumes de ces pièces installées sous toiture.

La clé des sols

La pointe du toit ayant été gommée d’un petit faux-plafond. Ce qui a permis d’installer des éclairages intégrés et de créer un mini grenier rassemblant toutes les gaines et autres ajouts plus techniques. Si l’étage est habillé de linoléum réalisé à partir de toile de lin enduite, le sol de la salle de bain a quant à lui été recouvert de résine polyuréthane, aussi étanche que résistante. L’ensemble a reçu un traitement intégral blanc sur blanc, décalé d’une petite surface de carrelages bleus placés sur le mur qui flanque la partie douche.

L’étage est habillé de linoléum réalisé à partir de toile de lin enduite.
L’étage est habillé de linoléum réalisé à partir de toile de lin enduite.

Un bardage en bois recyclé

Un bardage en bois recyclé

Mais ça demande également beaucoup, beaucoup de patience et de savoir-faire. En effet, aucune planche ne ressemble à une autre et le tout demande qu’on procède un peu à la façon d’un puzzle. Par ailleurs, ceux qui souhaitent un résultat fini aussi lisse qu’uniforme feront bien d’aller voir ailleurs. Le bardage en bois recyclé vaut surtout par son aspect brut, presque « sale ». Essayer de le transformer serait contre-productif. En revanche, côté esthétique encore, on ne peut que vous conseiller de faire le choix d’une toiture également en bois, qui complétera l’ensemble et offrira des performances énergétiques exceptionnelles. Enfin, il est vivement recommandé d’opter pour un bardage qui répond aux exigences incendies. Pour ce faire, il faudra élire des lattes de bois d’une épaisseur de minimum 18 mm, présentant une densité égale ou supérieure à 390 kg/m3 et posées sur des matériaux incombustibles de classe A2-s1.

Notre sélection vidéo