Le report de «Mourir peut attendre» cause une réaction en chaîne

Vidéos
James Bond cale, et cette toute l'industrie du cinéma qui est à l'arrêt.
James Bond cale, et cette toute l'industrie du cinéma qui est à l'arrêt. - © MGM/Universal

Comme on pouvait s’en douter, l’annonce du nouveau report de la sortie du 25e James Bond, « Mourir peut attendre », provoque son lot de changements dans le calendrier des sorties mondiales. Premier concerné, « Dune », de Denis Villeneuve, qui était prévu à la mi-décembre, est reporté lui aussi en 2021, logiquement la première semaine d’octobre. Toujours indiquée au 23 décembre, « Wonder Woman 1984 » risque de suivre le même chemin. Le déplacement de la sortie de « Dune » en octobre 2021 conduit déjà Warner à repousser son nouveau « Batman », avec Robert Pattinson, prévu à cette époque, au 4 mars 2022. Attendu au départ en salle le 18 décembre 2020, « West Side Story », le remake de la comédie musicale réalisé par Steven Spielberg, est renvoyé au 10 décembre 2021.

De la même façon, l’annonce, le 24 septembre, du report de la sortie de « Black Widow » au mois de mai 2021 avait entraîné le décalage de la sortie d’ » Eternals » du 12 février au 5 novembre 2021 et celle de « Shang Chi » du 7 mai 2021 au 9 juillet 2021.

La raison de ces nouveaux reports est bien sûr que la situation par rapport à la crise du Covid-19 reste préoccupante, et que de plus en plus d’experts semblent penser qu’elle ne pourra pas s’améliorer de manière significative avant qu’un vaccin soit élaboré et distribué, ce qui n’est pas envisageable avant le mois de mars 2021, un an après le début de l’épidémie. Surtout aux USA.

Dune, avec Josh Brolin et Timothée Chalamet, est aussi mal embarqué.
"Dune", avec Josh Brolin et Timothée Chalamet, est aussi mal embarqué. - © Warner Bros.

Même si « Tenet », le nouveau film de Christopher Nolan finalement sorti fin août (et début septembre aux USA), a montré qu’il était possible à un blockbuster de réussir une belle carrière en salle, en dépassant les 300 millions de dollars de recettes mondiales, c’est largement insuffisant pour les producteurs, qui y ont investi au départ plus de 200 millions de dollars.

Et le manque de rentabilité vient en premier du marché américain : le film n’y a rapporté que 50 millions de dollars. Trop de salles fermés, de situations disparates d’un Etat à un autre… Et ça ne va pas aller en s’améliorant avant un bon moment : l’annonce du report du dernier James Bond entraîne aussi une nouvelle salve de fermetures de salles, qui comptaient sur ce film pour amortir le choc de cette année catastrophique. Ainsi, la chaîne de cinémas Regals, la deuxième plus importante des Etats-Unis, a annoncé qu’elle comptait fermer ses 536 salles. Ce qui va plus que certainement entraîner l’annonce de nouveaux reports de sorties, on pense à « Mort sur le Nil », « Croods »…

C’est le serpent qui se mord la queue. Avec des conséquences dans le monde entier : la Bourse de Bruxelles, le report des cinquièmes aventures de Daniel Craig dans la peau de l’agent secret 007 a fait décrocher Kinepolis de 10 %. L’entreprise a déjà perdu 30 millions d’euros nets cette année. D’après « Le Monde », Cineworld, le deuxième exploitant de salles de cinéma au monde, devrait fermer pour une durée indéterminée ses 128 salles en Grande-Bretagne et ses 543 salles aux USA. Le groupe a perdu 1,3 milliard d’euros dans le monde. 30 000 emplois sont menacés. La survie des plus importants complexes, directement liée aux sorties des films les plus porteurs des grands studios, est clairement menacée.

Notre sélection vidéo