Abonnez-vous à -50%

Voici les nouvelles consignes pour une troisième mi-temps en toute sécurité

Photo prétexte.
Photo prétexte. - M.I.

Nous sommes dimanche, il est à peu près 17h quand vous sortez du vestiaire après une bonne douche revigorante. Revigorante, mais à distance. C’était la condition imposée par les autorités lors de la réouverture des vestiaires en juillet dernier : il fallait assez d’espace pour que les joueurs puissent se tenir à distance respectable l’un de l’autre. C’est ce que vous avez fait, parce que vous ne vouliez pas risquer d’attraper ce fichu virus. Bon réflexe. Mais attention, la joute n’en est pas encore à son terme. Avant de crier victoire, il faut résister à la dernière ligne, au money time : la troisième mi-temps.

Véritable messe du footeux, ce moment de convivialité s’est vu quelque peu modifié par la crise sanitaire actuelle. Mais la troisième mi-temps ne meurt jamais, elle s’adapte. Les étreintes de joie sont remplacées par des « checks » du coude, du pied ou du poing et la règle du port du masque a pris la place de la tradition de l’affond. Qu’à cela ne tienne, vous pourrez tout de même fêter dignement cette victoire (ou oublier cette énième défaite) acquise sur le gazon.

Après avoir enfilé votre nouveau partenaire de toujours (nous parlons bien entendu du masque) dès la sortie du vestiaire et avoir rallié votre deuxième maison, à savoir la buvette, il faut la jouer tactique. Nul besoin de rappeler que, lorsque vous n’êtes pas assis, votre masque doit vous coller au visage comme le ballon colle au pied de Lionel Messi. La première étape consiste à trouver une table. Bon, ça, ça ne devrait pas poser de problème, ce n’est pas ce qui manque dans une buvette. Non, la vraie équation, c’est de déterminer qui sera assis à votre table. Là, il faudra la jouer fine pour ne vexer personne car, si vous êtes quelqu’un de très apprécié, il y aura forcément des jaloux. En effet, depuis cette semaine et les dernières mesures prises par le CNS, vous ne pouvez plus être que 4 par table. De 10 joueurs la semaine passée à 4 ce dimanche, c’est un peu comme si vous passiez d’une équipe de foot à une équipe de futsal. D’où l’intérêt de choisir judicieusement ses coéquipiers.

Ça y est, vous êtes confortablement assis. C’est à cet instant précis que vous apercevez une brèche dans la défense, un chemin vers le bar. Grossière erreur, ne vous y engouffrez surtout pas. Sinon, c’est la carte rouge. Eh oui, l’homme en noir est sévère. Presque autant que Pierluigi Collina. Mais, dans ce combat de tous les instants, il vaut mieux l’être. C’est pourquoi le service se fait obligatoirement à table. Même pas besoin de faire d’effort. Actuellement, les barmen se sont transformés en Kevin De Bruyne, toujours prêts à vous délivrer un assist au moment idéal. De votre côté, vous n’avez plus qu’à vous démarquer (minimum 1m50, pour que le défenseur ne vous rattrape pas) et à conclure l’action.

Pour le reste, n’oubliez pas de vous hydrater à intervalles réguliers. Enfin, pas vous, juste vos mains. Un peu de savon ou un peu de gel hydroalcoolique, et vous êtes repartis. Mais pas trop loin, ni trop longtemps, car il est recommandé de limiter ses déplacements. Logique, à trop courir partout, vous risqueriez de perdre votre lucidité en zone de conclusion.

Avec toutes ces consignes, nul doute que vous sortirez victorieux de cette confrontation. Une confrontation qui est écourtée actuellement, puisque les dernières mesures obligent les buvettes, comme tout l’horeca, à fermer à 23h, et non plus à 1h. Exception faite pour les cafétérias qui peuvent être considérées comme des restaurants.

Bon match !

Sorry, the PDF couldn't be displayed

Notre sélection vidéo