Abonnez-vous à -50%

Des poulaillers mobiles pour le bien-être animal

Daniel et Suzanne ont démarré dans le bio en 1998
Daniel et Suzanne ont démarré dans le bio en 1998

A Sprimont, en région liégeoise, Daniel Collienne et son épouse Suzanne sont dans le bio depuis 1998. « Sur environ 50 hectares, on a 50 vaches laitières. C’est la ferme de mon grand-père maternel que j’ai reprise à un oncle, en 1990 », explique Daniel. « Je me suis associé avec mon frère et mon père, puis ce dernier a pris sa pension. L’autoroute a coupé les surfaces en 2 donc je me suis installé ici. Il a fallu tout reconstruire », explique-t-il. Dès 1998, conscient que le consommateur a perdu confiance dans l’agriculture à cause de différentes crises dont celle des hormones, il décide de se lancer dans le bio : finis les produits chimiques de synthèse et les engrais chimiques, réduction de l’usage de médicaments pour les animaux…

Dans sa ferme, le couple élève aussi des poules bio, environ 600, dans des poulaillers mobiles. Avec ce système, la sortie du poulailler n’est jamais souillée et les poules changent de parcours tous les 7 à 10 jours. On les emmène au pâturage. Ainsi, il n’y a pas d’accumulation de parasites », ajoute-t-il. « Le bio, c’est un règlement et une certification mais je peux dire qu’on va beaucoup plus loin. On a 200 poules sur un hectare, ce qui signifie qu’elles ont 13 fois plus d’espace que ce que l’Europe impose », conclut-il.

L.B.