Abonnez-vous à -50%

Coronavirus: le secteur Horeca de Flandre envisage des actions en justice contre les fermetures imposées

Belga
Belga

Afin de mettre un terme aux chiffres alarmants du coronavirus, les différents gouvernements ont pris des mesures draconiennes hier vendredi lors d'un comité de consultation. Les bars et restaurants n'y échapperont pas ils sont obligés de fermer leurs portes pour un mois avec une évaluation de la mesure au bout de deux semaines.

Suivant les traces de la Fédération wallonne de la restauration, Horeca Vlaanderen envisage également d'engager des poursuites judiciaires, déclare le PDG Matthias De Caluwe. « Nous obtenons des informations de nos avocats, notamment pour vérifier si cette décision est proportionnée. Nous le devons à nos entrepreneurs ».

Selon De Caluwe, la fermeture semble « injuste », entre autres parce qu'il n'y a pas de données disponibles pour attribuer la hausse des chiffres du coronavirus aux cafés et restaurants. De plus, le secteur de la restauration a fait tout son possible pour respecter les règles strictes concernant les masques buccaux et la distance entre les tables, dit-il. « Il y a une chose que nous ne pouvons pas contrôler, c'est si tout le monde respecte sa bulle et ne va qu'avec les gens de son propre foyer ou la bulle du contact proche au café ou au restaurant », poursuit-il. « Donc tous ceux qui n'ont pas respecté ces bulles sont en partie responsables de la situation actuelle ».

De Caluwe souligne que les éventuelles démarches juridiques sont distinctes des négociations en cours sur les mesures de soutien avec les différents gouvernements, « qui se passent ont bien ». « Nous voulons avant tout nous assurer que toutes les aides s'appliquent à l'ensemble de notre industrie hôtelière, non seulement aux hôtels, restaurants et cafés, mais aussi aux salles de fêtes, aux traiteurs, aux discothèques et aux fritures », déclare M. De Caluwe.

Notre sélection vidéo