Abonnez-vous à -50%

Bakic et Olinga peuvent jouer libérés

Marko Bakic
Marko Bakic - Photo News

En plus des deux joueurs arrivés en fin de mercato, Fernando Da Cruz peut également compter sur le retour en grâce de deux autres éléments. En effet, après avoir été perturbés par leur situation personnelle durant la période des transferts, Marko Bakic et Fabrice Olinga sont à nouveau pleinement concentrés sur Mouscron. Un atout pour Fernando Da Cruz dans la perspective du duel contre Eupen.

Annoncés rapidement l’été dernier, Marko Bakic et Fabrice Olinga n’ont finalement pas trouvé de nouveau club. « Je pense avoir récupéré deux joueurs sur le plan mental qui étaient un peu perturbés par le mercato », commente Fernando Da Cruz, l’entraîneur mouscronnois. « Le mercato est toujours une période difficile. Il y a la perspective de pouvoir partir jusqu’à la fin. Je sens aux entraînements que Marko Bakic et Fabrice Olinga sont dans de meilleures dispositions. Par rapport à ce qu’ils ont montré avant, oui leur implication est supérieure. J’ai senti une implication plus importante chez eux durant la semaine. Ils vont pouvoir aider l’équipe ».

Conjugué aux arrivées de Bruno Xadas et de Nuno Da Costa, le retour des deux joueurs permettra à l’entraîneur mouscronnois de revoir ses plans. « C’est la compétition qui dira si nous avons plus de solutions. À première vue, sur les profils, on devrait avoir plus de solutions offensives. On devrait avoir un meilleur jeu collectif à ce niveau. À Ostende, on avait défini un plan pour être plus sur un jeu de transition car les caractéristiques de l’équipe se portaient là-dessus. Nous avions moins de joueurs pour tabler sur une attaque placée. Aujourd’hui, nous avons un peu des deux. L’idée, c’est de ne pas rester dans ce qui a été fait avant parce que nous avons deux nouveaux profils différents. Il faut être très clair. Je sais que le jeu proposé par l’équipe jusqu’à présent n’est pas suffisant. Nous voulons l’améliorer en gardant aussi de la stabilité. Jouer pour jouer, ça ne veut dire. C’est s’exposer et prendre des buts. Par contre, il est vrai que nous avons un gros travail à faire là-dessus, c’est ce que nous essayons de mettre en place. À Ostende, c’était le néant que ce soit dans la mentalité, la combativité, l’agressivité et l’organisation ».

Une semaine avant de s’incliner 3-0 en bord de mer, les Hurlus avaient livré un match encourageant contre Charleroi (1-1). « Nous avons parfois eu du jeu offensif, mais par petites brides. Le but inscrit contre Charleroi n’était pas arrivé par hasard. C’est le résultat d’une séquence lors de laquelle nous avons eu le ballon pendant 1 minute 30. On sait le faire, mais c’est trop peu. Nous avons manqué de joueurs qui font la liaison entre les lignes. Bakic ou Xadas peuvent amener le liant entre la défense et l’attaque. »

Contre Eupen, Fernando Da Cruz pourrait abattre sa dernière carte en cas d’échec. « J’attends avec impatience la réaction du groupe après notre défaite à Ostende, pour voir si nous avons la capacité à réagir. C’est le plus important. Si les joueurs prennent conscience de ce qui s’est passé, alors nous aurons une réaction », conclut le coach mouscronnois.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo