Abonnez-vous à -50%

Des traiteurs de Frameries réagissent aux nouvelles mesures concernant l’Horeca: «Après un deuxième coup de massue, c’est la mort!»

Fabien Prévot et sa femme Carine ont créé un resto ephémère cet été.
Fabien Prévot et sa femme Carine ont créé un resto ephémère cet été. - D.R.

« Après un coup de massue, on peut survivre. Mais le deuxième, c’est la mort », résume le chef Xavier Adam, traiteur et restaurateur à Frameries. Le patron de « L’atelier gourmand » est pessimiste. Les nouvelles mesures gouvernementales imposent la fermeture pendant un mois des restaurants et bars. Mais les réceptions et banquets sont également interdits, exceptés pour les funérailles.

« On a l’impression de payer pour les mauvais élèves. Ce gouvernement ne connaît pas la réalité du terrain. Nous avons mis tellement de choses en place pour s’en sortir. Rien ne prouve que c’est réellement nous qui sommes le vecteur de contamination, et pourtant, c’est bien nous qui payons », explique Fabien Prévot, patron d’une entreprise de banquets et réceptions à Frameries.

« Une catastrophe sociale et économique » : ils témoignent.

Notre sélection vidéo