Le vrai visage d’une certaine Amérique, ce soir sur Tipik

Le vrai visage d’une certaine Amérique, ce soir sur Tipik
© RTBF

Vu d’Europe, le quarante-cinquième président des Etats-Unis passe pour un illuminé impulsif, dangereux. En 2016, le Vieux Continent était resté atterré que les Américains le préfèrent à Hillary Clinton. Il l’est encore plus de le voir espérer rempiler pour quatre ans, à 74 ans, surtout après un mandat aussi chaotique. Pour comprendre ce qui se joue outre-Atlantique, il n’y a pas meilleur guide que Martin Weill, reporter tout-terrain qui n’a pas froid aux yeux. Celui qui réussit à dégoter une interview (dans son salon) avec la première des femmes qui ont accusé Trump de harcèlement sexuel et qui tape la papote en plein désert d’Arizona avec une milice armée jusqu’aux dents spécialisée dans la traque de clandestins à la frontière du Mexique.

Voilà deux des séquences fortes de cette heure et quart dense de plongée dans l’Amérique profonde, celle qui adule Trump, qui le voit comme le sauveur de la nation, et est totalement en phase avec sa politique anti-migrants et anti-avortement. Un road-trip incroyable, déconcertant pour nous, Européens, et l’occasion de prendre conscience que ce n’est pas parce que nous avons baigné dans la culture US avec ses séries et ses hits que nous la connaissons vraiment. Martin Weill a sondé différentes communautés avec son sens de l’interview imparable, et on va de surprise en effarement. Le plus étonnant est sans doute de voir s’organiser un mouvement Black pro-Trump, baptisé Blexit, pour sortir les Afro-Américains du vote démocrate traditionnel. En novembre, Mr. President a créé Black Voices for Trump, promu entre autres par un spot au Super Bowl – à 10 millions de dollars – devant plus de 100 millions de téléspectateurs. Le clou de ce chapitre est la rencontre avec la figure de proue de ces supporters : un rappeur qui ne sort jamais sans son flingue mais qui, avec un challenge musical viral sur les réseaux sociaux, ramène à Trump des centaines de milliers de voix.

Voici les Trumpettes

Une autre opération séduction est orchestrée par l’une de ses belles-filles. Dans son viseur : les femmes, qui n’étaient que 41 % à lui avoir fait confiance lors de l’élection précédente. Mais les Trumpettes, botoxées et peroxydées, battent le rappel pour faire pencher la balance. Les suivre vaut de l’or. Et puis il y a ceux qui sont acquis à sa cause, mais qu’il faut continuer à flatter, comme les 5 millions d’adhérents de la NRA, pour qui le port d’arme est sacré, ou encore les 100 000 étudiants de la Liberty University, ouvertement évangélique, pour qui Trump incarne la parole du Christ. D’une Marche pour la vie, à Washington, à un cours de tir pour profs au Texas, en passant par le mur en cours de construction à la frontière du Mexique, Martin Weill a aussi fait des haltes dans les meetings du candidat conservateur. Les extraits de son discours de campagne oscillent entre le grotesque et le pathétique. Promettre des lave-vaisselle à haute consommation d’eau déclenche par exemple dans le Wisconsin des standing ovations… Encore mieux qu’un blockbuster, ce documentaire !

Martin Weill chez les Trumpistes *** 20 h 35 Tipik