Abonnez-vous pour 1€

On envisage de plus en plus un reconfinement partiel du pays: Emmanuel André le réclame d’urgence, «arrêtons de jouer au poker, tapons un bon coup!»

On envisage de plus en plus un reconfinement partiel du pays: Emmanuel André le réclame d’urgence, «arrêtons de jouer au poker, tapons un bon coup!»
Belga

Lundi, le nombre de lits occupés s’élevait à 2.774 contre 1.473 une semaine auparavant, soit une augmentation de 88 %. Et 446 personnes se trouvaient aux soins intensifs, contre 268 le lundi précédent, soit une hausse de 66 %. Les observateurs craignent une saturation des soins intensifs pour la mi-novembre.

« Vu l’augmentation des hospitalisations, je ne suis pas sûr que nos politiques vont prendre le risque d’attendre », nous dit Yves Coppieters épidémiologiste à l’ULB. « Quand les effets des dernières mesures décidées par le gouvernement De Croo (fermeture de l’Horeca, couvre-feu…) vont se faire sentir, nos soins intensifs seront peut-être déjà saturés. J’ai le sentiment que le gouvernement pourrait resserrer les mesures avant cela. Étendre le couvre-feu de 21 h à 5 h par exemple ou mettre l’enseignement supérieur en code rouge ou encore imposer réellement le télétravail. »

► Le professeur Emmanuel André a des mots plus forts : « Il y a encore une marge pour être plus strict, sans toucher aux droits fondamentaux. »

Voici comment il voit ce reconfinement.

Yves Van Laethem évoque également un reconfinement, mais plus léger que son confrère : « Je parlerai plutôt de mini lockdown. »

Notre sélection vidéo