Catherine Laborde: «Ce sont des choses douloureuses que de partir à deux»

Thomas Stern et Catherine Laborde, un amour qui survit à la maladie.
Thomas Stern et Catherine Laborde, un amour qui survit à la maladie. - © Capture vidéo/Konbini

Le livre le plus poignant de la rentrée littéraire n’est pas un roman, mais l’échange intellectuel d’un couple bien réel sur la maladie qui va en emporter un des deux et, irrémédiablement, les éloigne déjà. « Amour malade » (chez Plon) a été écrit par l’ancienne présentatrice météo de TF1 Catherine Laborde et son compagnon, Thomas Stern. Ils l’ont défendu lors de quelques très rares interviews, notamment sur Konbini.

video-maladie-au-sein-du-couple-quand-aimer-devient-aider

Depuis 2014, Catherine Laborde souffre de la démence à corps de Lewy, une maladie neurodégénérative très complexe, qui rassemble des symptômes à la fois de la maladie de Parkinson et d’Alzheimer. Le corps est pris de mouvements incontrôlables tandis que la mémoire flanche, que l’esprit s’égare de plus en plus, au point de ne plus reconnaître les siens et même de voir des ennemis dans les êtres aimés. Somnambulisme, dépression font aussi partie du quotidien… « Les symptômes, on s’y attend. On est même prêt pour la bataille, quelquefois. On a ce sentiment fugace qu’on va mener une bataille », raconte Catherine Laborde sur Konbini, en achoppant sur le dernier mot, qui ne lui revient pas. « Une bataille que, grâce à Thomas, on pourrait gagner. Le pire, c’est la peur. La peur qui vient petit à petit et envahit complètement. Cette peur immonde. Il y a quelque chose de sale dans cette maladie que j’ai du mal à accepter. »

« Elle a fait un épisode somnanbulique hallucinatoire, ce qui est assez fréquent avec cette maladie, qui a été terrifiant. Elle est quelqu’un d’autre… une voix qu’on ne reconnaît plus, c’est une brutalité… » raconte aussi Thomas Stern. Sa voix était devenue méconnaissable, comme dans « L’exorciste ». « Elle ne l’a fait qu’une fois, heureusement, car cela m’a foutu sur le tapis. »

Thomas Stern explique dans « Amour malade » comment il est passé d’aimant à aidant, un rôle terriblement ingrat, déprimant, au point d’avoir de mauvaises pensées. Au point que le suicide ensemble est devenu, un moment, une option. « De manière assez abstraite en fait, c’est une hypothèse d’école. Pour l’instant », raconte avec une simplicité qui fait froid dans le dos Thomas. « Ce sont des choses douloureuses que de partir à deux. Je pense que quelqu’un qui a de l’amour pour vous, il doit pouvoir souhaiter qu’il partira seul ou je partirai seule. Je pense qu’on peut encore se faire ce cadeau de partir ensemble », ajoute un peu confuse, Catherine, reprise par son homme : « Ensemble ou séparément. Je pensais que tu voulais dire plutôt le cadeau de partir séparément. » « Oui, c’est ça que je voulais dire », sourit alors Catherine, s’excusant d’avoir souvent « l’esprit à l’envers ». « On est là par amour et il y a des vents contraires qui soufflent sans arrêt. La question de savoir ce que je deviendrais si elle n’est plus là, ça m’empêche de dormir toutes les nuits », écrit Thomas dans « Amour malade ». Comme si pour lui, il n’était pas sérieusement envisageable de survivre longtemps à celle qu’il aime. Poignant.

Notre sélection vidéo