Décès à l’étranger : tout savoir sur le rapatriement

Décès à l’étranger : tout savoir sur le rapatriement

Lorsqu’on décide de passer une retraite paisible à l’étranger ou de partir en vacances, on n’est pas vraiment préoccupé par ce qui pourrait se passer en cas de décès naturel ou d’accident aux conséquences mortelles. Etre confronté à cette situation en Belgique n’est déjà pas facile mais à l’étranger, avec la distance, la langue, la culture ou la religion qui sont différentes, cela complique particulièrement les choses, en particulier lors de cette crise du coronavirus. En effet, la lutte contre le covid-19 s'accompagne souvent d'une fermeture des frontières, ou du moins, de barrages très filtrants. Pouvoir compter sur l’aide de professionnels peut donc se révéler très précieux.

8 personnes joignables 24h/24

C’est le rôle de Greta Plas et son équipe du service de rapatriement DELA situé à Zaventem. « Nous organisons environ 850 rapatriements par an. Cela comprend des rapatriements depuis l’étranger vers la Belgique mais aussi de la Belgique vers le pays d’origine par exemple. Nous sommes situés directement dans l’enceinte de l’aéroport et notre équipe de 8 personnes est joignable 24h/24 par mail ou par téléphone au 02/720.80.00. Nous nous occupons des rapatriements par avion mais aussi par la route ». « Une fois que nous sommes mandatés par la famille, l’employeur ou la compagnie d’assurance, nous nous chargeons de toute l’assistance administrative et logistique grâce à nos correspondants sur place. Ce sont eux qui vont commencer les formalités comme la déclaration du décès auprès des autorités locales conformément à la législation en vigueur sur place car ce n’est pas la même chose partout. Nous organisons également le vol, les transferts et toute la logistique jusqu’à ce que le défunt soit pris en charge par l’entreprise de pompes funèbres ici en Belgique. La famille ne doit pas se tracasser et ne s’occupe de rien. Tout dépend des pays mais en général, il faut compter 5 jours ouvrables pour un rapatriement classique ».

« Si nous prenons tout en charge, j’attire quand même l’attention des familles sur 4 conseils à absolument suivre en cas de décès à l’étranger : ne signez rien, ne payez rien, ne partez pas du pays avec la carte d’identité du défunt, mettez tous les effets personnels du défunt en lieu sûr », conclut Greta Plas.

Entre 6.000 et 10.000 euros

S’il n’est jamais gai d’anticiper sur sa propre mort, il est quand même important d’y penser pour soulager au maximum ses proches. D’un point de vue financier notamment. « Le coût d’un rapatriement peut s’avérer très élevé. Pour l’Amérique du Sud ou la Chine par exemple on peut atteindre des montants de l’ordre de 10.000 euros. Pour l’Europe, si on prend l’exemple de l’Espagne où résident de nombreux Belges on tourne aux alentours de 6.000 euros tout compris », explique Greta Plas.

Envie de plus d’informations sur les rapatriements ? Contactez
Mortuary Brussels Airport qui peut répondre à toutes vos questions.