Abonnez-vous à -50%

Deux ans de prison requis pour viol et attentat à la pudeur sur une adolescente à Jalhay

Il créchait dans une caravane au fond du jardin d’un ami.
Il créchait dans une caravane au fond du jardin d’un ami. - Illu.E.C.

Un habitant d’Ougrée, né en 1979, a comparu vendredi devant le tribunal correctionnel de Verviers pour des faits de viol et d’attentat à la pudeur à l’encontre d’une adolescente âgée de 14 ans au moment des faits.

Les faits se sont produits entre le 10 juillet et le 10 août 2018. A l’époque, le prévenu âgé de 38 ans était dans une situation difficile à la suite d’un accident mortel de la route qu’il avait occasionné et logeait dans une caravane installée dans le jardin de l’un de ses amis, à Jalhay. C’est là qu’il explique avoir rencontré l’adolescente avec laquelle il a entretenu une relation amoureuse.

> Ivre, il avait tué une dame qui traversait la rue à Verviers

Durant l’audience, l’homme a reconnu qu’il avait entretenu des relations sexuelles avec la mineure qui était, selon lui, consentante. Pour le ministère public c’est par ruse et par surprise qu’il a bénéficié des faveurs de la jeune fille qui, au vu de son âge ne pouvait pas marquer son accord. «Dès le début de la relation, le prévenu a marqué une certaine emprise morale sur la jeune femme en lui disant qu’il allait la protéger et très rapidement, malgré les 24 ans de différence d’âge, il lui a proposé des relations sexuelles. Pour le parquet, les préventions de viol et attentat à la pudeur sont établies, il réclame donc une peine de 2 ans de prison.

Le prévenu qui a tenté de minimiser la gravité des faits a expliqué que l’ami qui l’hébergeait les avait surpris. Il s’est alors réfugié chez son ex-femme, où l’adolescente l’a temporairement rejoint.

Les parents de l’adolescente, encore fort marquée par les faits subis, se sont constitués partie civile et espèrent une condamnation. Ils réclament un euro à titre symbolique. Le tuteur de la jeune fille a, pour sa part, réclamé un montant de 2.500 euros pour les dommages subis.

Le jugement sera prononcé le 6 novembre.