Abonnez-vous à -50%

Tour d’Italie: l’association des coureurs demande une plus grande collaboration entre tous les acteurs

Tour d’Italie: l’association des coureurs demande une plus grande collaboration entre tous les acteurs
Photo News

L’association des cyclistes professionnels CPA (Cyclistes professionnels associés) est revenue lundi dans une lettre ouverte sur la manifestation qui a mené à amputer la 19e étape du Tour d’Italie d’une centaine de kilomètres. Le CPA plaide pour une « collaboration entre tous les acteurs » afin que le cyclisme puisse grandir « à la fois en termes de sécurité et de spectacle ».

« À la fin d’une saison difficile et stressante pour tout le monde, épuisés par la fatigue des jours précédents, dans lesquels nous avions accumulé non seulement plus de 15.000 mètres de dénivelés en 600 km mais aussi des transferts interminables, des réveils à l’aube, des repas dans les bus et avec le souci de ne pas tomber malade en ces temps exceptionnels d’urgence croissante due à la pandémie mondiale, avec nombreuses craintes pour le présent et pour l’avenir, nous avons demandé qu’une étape plate de 258 km soit raccourcie d’une centaine de kilomètres », a expliqué le CPA.

« Nous n’avions peur ni de la pluie ni du froid, nous l’avons prouvé en montant le Stelvio fin octobre, mais une nouvelle démonstration de force au terme d’un Giro épuisant, avec une pandémie en cours et le peu d’attention à notre sécurité, était à nos yeux tout simplement trop pour que notre système immunitaire affronte une étape de 260 km avec le mauvais temps. »

CPA explique avoir fait une proposition pour éviter une manifestation. « Nous aurions probablement pu parler d’abord à l’organisation et au jury, mais jusqu’à présent, chaque fois que nous l’avons fait, nous n’avions pas été entendus. Pas même lorsqu’il y a eu des accidents graves, lorsque nous avons demandé à évaluer les itinéraires, les transferts, les arrivées et bien d’autres situations qui se sont avérées dangereuses pour notre sécurité », raconte l’association.

Les coureurs veulent être « proactifs » et soulignent « comment avec la collaboration entre tous les acteurs, le cyclisme peut se développer. En effet il doit grandir à la fois en termes de sécurité et de spectacle. »

Les coureurs se disent « reconnaissants » envers ceux qui, en cette année très difficile, ont réussi à organiser les courses et à constituer les équipes.

« Personnellement, nous avons subi toutes sortes de contrôles, nous avons fait face à des transferts et des voyages au péril de notre santé et de celle de nos proches, nous avons toujours donné le meilleur de nous-mêmes, malgré les barrières volantes et les motos qui nous ont touchés alors que nous nous roulions sur nos vélos. La fatigue et les soucis se sont accumulés dans nos corps et nos âmes jusqu’à ce qu’elles explosent à Morbegno », poursuivent les coureurs.

« Nous ne sommes pas des héros comme on peut le penser, mais des hommes. Avec nos forces et nos faiblesses et nous nous soucions de nous et de nos familles, de celles de nos coéquipiers et du personnel qui travaillent à nos côtés. »

« Nous sommes heureux d’être arrivés à Paris avec le Tour de France, à Milan avec le Giro d’Italia, nous espérons que la Vuelta pourra atteindre Madrid en toute sécurité et qu’en 2021 nous pourrons courir toutes les courses, de la plus connue à la moins célèbre. Toutes sont précieuses pour nous et pour tout le mouvement, dont nous sommes les acteurs les plus exposés, pour le meilleur ou pour le pire. Voilà pourquoi nous méritons d’être écoutés, même lorsque nous disons quelque chose que vous n’aimez pas. Merci de nous avoir écoutés à Morbegno », peut-on lire en conclusion de la lettre.

Notre sélection vidéo