Abonnez-vous à -50%

Coronavirus: le Premier ministre Alexander De Croo veut que la santé mentale soit mieux prise en compte que lors de la première vague

Coronavirus: le Premier ministre Alexander De Croo veut que la santé mentale soit mieux prise en compte que lors de la première vague
Photonews

« Des gens se sentent seuls, ils ont peur du virus et sont incertains de l’avenir. C’est important qu’ils puissent parler à quelqu’un de leurs préoccupations », a commenté M. De Croo.

Près de la moitié des appels reçus par les services d’aide par téléphone pendant la première vague de coronavirus avaient trait à des craintes liées au virus (sanitaires, financières, relationnelles, de solitude, etc.)

Ce taux est retombé à 15 % dans les semaines qui ont suivi la levée du confinement, mais depuis le renforcement des mesures cet automne, il est remonté à 30 %, essentiellement en provenance de personnes seules.

« C’est pourquoi, quand nous prenons des décisions, nous tenons compte au maximum des besoins psychosociaux des gens. Nous avons ainsi maintenu la possibilité de voir une personne pour la bulle des contacts sociaux, afin d’éviter l’isolement », selon M. De Croo.

« Le virus de l’isolement a frappé de plus en plus fort ces derniers mois, nos volontaires l’ont ressenti dans les appels téléphoniques et les conversations en ligne », soulignaient les services d’aide. « Avec les jours plus sombres de la Toussaint et la fin de l’année en perspective, ces sentiments de solitude grandiront encore chez beaucoup de personnes, surtout les plus fragiles ». Les services de Télé-Accueil sont gratuits et anonymes en appelant le 107.

Notre sélection vidéo