Abonnez-vous à -50%

Coronavirus à l’école: des vacances de Toussaint et de carnaval prolongées au détriment des vacances d’été? Ce que contient le rapport des experts

Coronavirus à l’école: des vacances de Toussaint et de carnaval prolongées au détriment des vacances d’été? Ce que contient le rapport des experts

Ce week-end, la Flandre a décidé de prolonger les vacances de Toussaint (vacances d’automne) jusqu’au 11 novembre inclus. La Fédération Wallonie-Bruxelles avait déjà pris les mêmes dispositions pour stopper la circulation du virus et donner de l’air aux écoles.

Cette décision, le ministre flamand la prise après avoir lu un rapport de plusieurs experts de premiers plans (dont Erika Vlieghe, Marc Van Ranst, Emmanuel André, Marius Gilbert, Geert Molenberghs et Pierre Van Damme), que nos confrères du « Soir » ont pu consulter.

Dans ce document, il y est écrit que « l’éducation est une priorité sociale très importante » et qu’il faut donc pouvoir tenter de maintenir les écoles ouvertes. Mais ces dernières semaines, le nombre de cas a explosé dans la société et l’épidémie est bel et bien entrée dans une deuxième vague. « L’éducation, malgré des mesures très strictes, est victime de l’épidémie, sans en être le moteur », notaient les experts.

Les trois options

Dans ce rapport, les experts proposaient trois options pour tenter de donner un coup de frein à la propagation du Covid-19 dans nos écoles.

La première : prolonger les vacances de Toussaint jusqu’au mercredi 11 novembre inclus.

La deuxième : prolonger les vacances de Toussaint jusqu’au vendredi 13 novembre inclus (et donc jusqu’au week-end).

La troisième : avancer les vacances de Toussaint dès le mercredi 28 octobre et les prolonger jusqu’au 11 novembre inclus.

Les deux dernières options avaient l’avantage d’être plus longues et donc plus adaptées pour casser la propagation du coronavirus.

La Flandre a donc finalement choisi l’option 1. De même que la Fédération Wallonie-Bruxelles, même si celle-ci a finalement aménagé une solution intermédiaire (proche de l’option 3), avec la mise en œuvre, en plus, de l’enseignement 100 % à distance pour les quelque 360.000 élèves du secondaire à partir de ce mercredi et jusqu’au début des vacances. Soit, en tout, deux semaines complètes hors de l’enceinte de l’école pour ces élèves francophones.

Quid après le 11 novembre ?

Et après le 11 novembre ? On apprend ce lundi que deux pistes sont sur la table. Soit la poursuite d’un enseignement 100 % à distance, soit la mise en œuvre d’un enseignement hybride, fait d’une alternance de jours en classe, et de jours d’enseignement à distance, comme prévu dans le protocole arrêté en juin dernier avec les différents codes couleurs. On resterait toutefois à une fréquentation à temps plein pour l’enseignement fondamental (maternel et primaire).

Transports et tests

Les experts pointaient toutefois quelques conditions, dont celle de fournir une capacité suffisante dans les transports publics, et quelques recommandations, comme la mise en place, après le congé, de tests massifs et rapides. « Les écoles doivent être une priorité », explique encore le rapport.

Carnaval aussi ? Au détriment des vacances d’été ?

Cette idée de vacances prolongées de quelques jours pour enrayer la propagation du virus est aussi proposée par les experts pour le prochain congé de carnaval. Toujours dans le but que « l’éducation reste ouverte au maximum pendant le reste de l’année scolaire ».

Enfin, pour compenser ces quelques jours en plus sans école, les experts préconisent dans leur rapport d’anticiper la « discussion difficile pour raccourcir quelque peu les vacances d’été ».

Notre sélection vidéo