Abonnez-vous à -50%

Le footballeur anglais Marcus Rashford à l’attaque contre la pauvreté infantile

@News
@News

«  Ce que fait Marcus Rashford est fantastique. Il en a fait l’expérience et sait ce que c’est d’être un enfant qui a faim », lance Andrew Tranter, 76 ans, responsable de la structure dans la ville de Watford.

L’appel de la star de Manchester United à nourrir gratuitement plus d’un million d’enfants de familles défavorisées pendant les vacances scolaires a rencontré un écho considérable au Royaume-Uni, sans convaincre le gouvernement conservateur. Le pays le plus endeuillé en Europe par le Covid-19 avec plus de 44.000 morts est confronté actuellement à la fois à de difficiles retombées économiques qu’à une deuxième vague très violente dans les régions les plus pauvres, notamment au Nord de l’Angleterre où est né et joue l’attaquant de 22 ans.

Le réseau Trussell Trust, qui compte plus de 1.200 banques alimentaires dans le pays, dont celles de Watford, prévoit que 846.000 colis seront distribués au quatrième trimestre, soit une hausse de 61 % sur un an.

« Nous avons des gens qui avaient de très bons emplois, qui avaient toujours pu subvenir au besoin de leurs familles et n’avaient jamais eu à demander de l’aide », explique M. Tranter, adossé à des étagères remplies de boîtes de conserve, de pâtes et de couches pour bébé.

Malgré le contexte social, Marcus Rashford semble avoir du mal à convaincre le gouvernement conservateur de Boris Johnson. Ce dernier s’est opposé à la proposition de l’opposition travailliste de proposer des repas gratuits aux enfants défavorisés durant les vacances de la Toussaint cette semaine.

« Ce n’est pas de la politique, c’est faire preuve d’humanité », a lancé la semaine dernière le jeune buteur sur son compte Twitter, où il a 3,7 millions d’abonnés.

Marcus Rashford avait fait reculer le gouvernement et l’avait contraint à prolonger durant l’été ce programme de repas gratuits mis en place pendant le confinement et la fermeture des écoles.

Le footballeur a depuis été distingué par la reine Elizabeth II et fait Membre de l’ordre de l’Empire britannique (MBE).

Tout en saluant l’action « formidable » du footballeur, le Premier ministre n’a pas cédé, rappelant avoir augmenté les aides sociales pour les familles : « Nous ne voulons pas voir des enfants qui ont faim cette hiver, à Noël et certainement pas en raison de l’inattention du gouvernement ».

« Serre le coeur »

Environ 1,3 million d’enfants en Angleterre bénéficient de repas gratuits à l’école, selon les derniers chiffres officiels.

Julie McCulloch, une responsable de l’association des directeurs d’école, estime que les établissements font ce qu’ils peuvent pour nourrir les enfants pendant les vacances mais sont contraints par des budgets serrés.

« Nous voyons l’impact de la pauvreté sur les élèves et il y a des exemples qui serrent le coeur sur ce qu’un grand nombre d’entre eux vivent en ce moment », explique-t-elle à l’AFP. « Il se peut que le seul vrai repas qu’ils prennent est celui du déjeuner quand ils mangent à l’école. »

Certains députés conservateurs se sont étonnés de la position ferme du gouvernement alors même que les gouvernements en Ecosse, au pays de Galles et en Irlande du Nord ont mis en place des bons pour des repas pendant les vacances.

Le retard de l’Angleterre a suscité une vague de soutien à la campagne de Marcus Rashford de la part de municipalités, d’écoles et d’entreprises, y compris la plateforme de livraisons de repas Deliveroo et la chaîne de supermarchés Waitrose, proposant d’aider à fournir des repas gratuits aux enfants cette semaine.

Les clubs de football anglais et leurs supporters ont quant à eux fait des dons importants pour les banques alimentaires. Des pubs ou organisations sportives se sont mobilisés pour nourrir des enfants de leurs quartiers.

« L’idée d’enfants ayant faim cette semaine et peut être à Noël nous empêchait de rester sans rien faire », explique Dom Palacio, l’un des responsables du club de rugby de Richmond en banlieue de Londres, qui appelle le gouvernement à revenir sur sa décision.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo