«Strip-tease» revient nous déshabiller

Rien que le générique de Strip-tease est un monument de la télé !
Rien que le générique de "Strip-tease" est un monument de la télé ! - © RTBF / SONUMA

« C’est un peu comme quand on est à la terrasse d’un café et qu’on observe le couple à la table d’à côté ! » C’est comme cela que Marco Lamensch, son créateur, définit cette émission-culte qui reste dans tous les esprits, toutes générations confondues.

Créé en 1985 par Jean Libon et Marco Lamensch, « Strip-tease » a créé une rupture rafraichissante, désarçonnante à la télé. L’objectif premier était d’effacer le journaliste au profit des protagonistes. Et Dieu sait qu’ils étaient gratinés, au point que le spectateur se demandait si tout était bien vrai.

Si, si, le loufoque, le ridicule, l’abracadabrant fait partie de notre société et c’est le mérite de ces réalisateurs de nous l’avoir montré avec tant d’humanité et de vérité. Certains y ont vu du voyeurisme et une mauvaise intention de se moquer de ceux qui avaient accepté d’être filmés. C’est dans ce format aussi qu’on a découvert pour la première fois la juge Anne Gruwez !

Trente-cinq ans plus tard, ce qu’on retient de ces tranches de vie prises sur le vif, c’est une immersion dans l’intimité de tout un chacun. Sans cette part d’universalité, l’émission n’aurait pas connu un tel succès. Ils étaient près de 1 million de téléspectateurs pour le dernier reportage en 2012 : « Recherche bergère désespérément » ou l’histoire de Damien, agriculteur célibataire, dont les grands-parents veulent rompre la solitude et font appel à une agence matrimoniale afin de le mettre en relation avec une jeune Roumaine.

Après avoir été reprise par France 3, « Strip-Tease » fait son grand retour sur la RTBF. Sur la Trois, à partir du 30 octobre et chaque vendredi, après Jean-Luc Fonck et son « C’est archivé près de chez vous », qui cartonne aussi. La Trois complétera sa soirée archives, en restant dans le thème et en proposant deux épisodes.

Le programme en détails :

On démarre avec les USA et « Michaël et Jackson » et « Elvis »

Puis, recentrage sur Bruxelles la semaine d’après avec « Monsieur le Bourgmestre » et « Tel qu’en lui-même enfin »

Le 13 novembre, rendez-vous en cuisine avec « Scénario, sauce andalouse » et « Alimentaire mon cher Watson »

Le 20 novembre, spécial Anarchie : « La croisade pâtissière de Georges le Gloupier » et » A bas le travail »

Le 27 novembre, ça déménage avec « A fond la caisse » et « Elle est nickel »

Le 4 décembre, on s’attarde aux métiers dans « Patron de choc » et « Devenir mannequin »

Un peu de musique pour le 11 avec les cultissimes « Un navre de paix » et « La Bruel pour aller danser »

Enfin, le 18, c’est déjà les fêtes : « Les petits des petits de » et « Joyeux Noël »

Pour les distraits, rappelons que ces reportages seront disponibles aussi sur Auvio.

Notre sélection vidéo