Abonnez-vous pour 1€

Les jeunes dans le collimateur d’une étude récente: «L’addiction au smartphone affecte votre matière grise»

Vidéo
Les jeunes dans le collimateur d’une étude récente: «L’addiction au smartphone affecte votre matière grise»
Isopix

Par jour, une personne reste en moyenne 4 heures sur son appareil. D’après plusieurs chercheurs, lorsqu’une personne ne peut pas se séparer de son téléphone, la taille et la forme de sa matière grise est affectée.

L’étude, publiée dans la revue scientifique « Addictive Behaviors », est formelle : l’addiction au smartphone, affecte bel et bien la matière grise. Il est donc légitime de remettre en question l’innocuité de ces petits appareils, d’apparence inoffensive, du moins chez les personnes susceptibles d’être exposées à un risque accru de développer des comportements addictifs.

L’ennui, c’est que c’est dans la matière grise qu’on retrouve les fameux neurones. Au microscope, elle apparaît plus sombre que le reste du tissu nerveux, d’où son nom. Elle contrôle ainsi une variété de fonctions importantes, notamment la parole, la vue, l’ouïe et la mémoire.

Selon l’étude, lorsqu’une personne ne peut pas se séparer de son téléphone, la taille et la forme de sa matière grise est affectée. D’autres rapports ont indiqué que d’autres addictions, comme la consommation de drogues, sont également associées à des changements dans la matière grise.

Notre sélection vidéo