En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Télévision

Adrien Devyver raconte son TDA: «Chacun trouve des façons de s’adapter à moi»

On l’appelle Trouble Déficitaire de l’Attention. Le journaliste en souffre et raconte dans son livre « On m’appelle la Tornade » comment il a transformé cette faiblesse en tremplin.

Qu’est-ce au juste, le TDA ?

Pour faire simple, c’est un problème qui se passe au niveau des lobes frontaux du cerveau et qui fait qu’il manque un filtre. Pour utiliser une image plus parlante : imaginez un aéroport sans personne dans la tour de contrôle : les avions décollent et atterrissent à leur guise, cela provoque des embouteillages, parfois des crashs… C’est ça, le cerveau d’un TDA avec ou sans hyperactivité.

Comment cela se manifeste-t-il chez vous ?

Je n’arrive pas à rester focus sur un truc pendant de longues minutes. J’ai un débit de parole très rapide, je dis beaucoup de choses avant d’y avoir réfléchi, j’ai toujours besoin de bouger dans tous les sens, je n’enregistre pas les informations, j’interromps énormément les gens parce que j’ai peur d’oublier ce que je veux dire.

Quelles stratégies avez-vous mises en place pour vous en sortir ?

La première a été l’autodérision. Au début, j’en souffrais terriblement et j’essayais de trouver des excuses pour me sortir de situations compliquées, j’ai commencé par en rire. Puis, j’ai trouvé une autre solution efficace : expliquer tout de suite mon mode de fonctionnement, et ça marche ! Chacun trouve des façons de s’adapter à moi. J’ai aussi des solutions au niveau physique : faire du sport, aller dans un endroit qui m’apaise – moi, c’est la mer –, pratiquer la méditation pleine conscience, la réflexologie plantaire.

La naissance de votre fils a mis votre trouble sur pause, comment l’expliquez-vous ?

J’étais avec lui dans cette bulle quasi méditative dans le service de néonatologie. Le contexte a fait que j’étais 100 % focus sur Gaspard et les soins prodigués. Et il a toujours ce pouvoir sur moi. Je suis très anxieux – et c’est un des symptômes les plus criants du TDA –, mais dès que je suis avec lui, je suis plus zen, il me donne confiance, on a une relation très forte. Il me passionne !

L’intégralité de notre interview avec Adrien Devyver est à lire dans le Ciné-Télé-Revue.

« On m’appelle la Tornade » alterne récits de tranches de vie et conseils pratico-pratiques, éclairages de ses proches et interviews de professionnels de la santé. Ludique, rafraîchissant comme la brise, positif comme un rayon de soleil, il donne de l’élan aux TDA comme à leur entourage. Et surtout, la bonne surprise de cet ouvrage est la plume d’Adrien : vive, bourrée d’humour, d’autodérision, cash, touchante. Il fait mouche. La preuve ? Les ventes sur Amazon sont déjà en train d’exploser.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Télévision

Voir plus d'articles