Abonnez-vous pour 1€

Un nouveau Comité de concertation a lieu ce vendredi à 14h heures: voici ce à quoi il faut s’attendre

Un nouveau Comité de concertation a lieu ce vendredi à 14h heures: voici ce à quoi il faut s’attendre

Avant toute chose, mieux vaut prévenir : l’heure n’est pas encore à la réjouissance pour l’Horeca. Loin de là même, car nos restaurateurs pourraient bien attendre de longues semaines supplémentaires avant de voir des jours meilleurs arriver. « La réouverture des commerces, des restaurants, des professions de contact, est une nouvelle que tout le monde attend et je le comprends », analyse Yves Van Laethem.

Trop tôt

« Surtout à cette période de l’année. On peut imaginer d’abord de rouvrir les magasins avec des règles très précises : pas plus de 30 minutes, un seul client, hygiène des mains… Pour les professions de contact, comme les coiffeurs, c’est plus compliqué. Pour les restaurants, par contre, j’ai peu d’espoir que ce soit avant la fin de l’année… »

Le Comité de concertation va-t-il donc suivre les recommandations du désormais célèbre infectiologue ? Ce n’est pas si sûr… « Aujourd’hui, il est trop tôt pour annoncer ou se prononcer sur un assouplissement des mesures. On va évaluer les chiffres, on suit ça de très près. Il y aura un comité de concertation ce vendredi mais, pour être honnête, je pense que c’est trop tôt pour annoncer des assouplissements », a d’ores et déjà prévenu la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. « Il faut se rendre compte que, pour les hôpitaux, on a reporté des soins importants, on a créé de la capacité additionnelle. Et donc, il est trop tôt pour se prononcer et je ne veux pas faire de fausses promesses. Mais on se rend compte que c’est une période très importante : Noël, Saint-Nicolas… On le sait et on prendra ça en compte. »

Avant de rendre sa liberté à la population belge, le gouvernement doit donc s’assurer que notre plat pays ne fonce pas droit dans le mur. Les chiffres observent actuellement une tendance à la baisse, et c’est une très bonne chose, mais ce n’est pas une courbe suffisamment descendante pour se permettre un quelconque relâchement.

Pas sous pression

Le Premier ministre Alexandre De Croo l’a d’ailleurs rappelé à plusieurs reprises. « Le plus grand défi, ce n’est pas de se tenir aux règles car, ça, je crois que ce n’est pas très difficile pour l’instant, mais ce sera de s’y tenir durant une très longue période jusqu’à ce que la situation se normalise dans les hôpitaux. Cela durera plusieurs mois d’affilée… Mais on prendra des décisions basées sur des avis scientifiques, et pas sur des pressions, comme cela a été trop souvent le cas par le passé. »

Ce Comité de concertation ne devrait donc être qu’une visite de routine, un rendez-vous de nos politiques pour vérifier que les mesures strictes décidées il y a maintenant deux semaines portent bien leurs fruits. « Il n’y a que l’évaluation de la situation épidémiologique, avec des discussions sur les données les plus récentes à l’agenda », confirme le porte-parole d’Alexander De Croo à L’Écho. Une réunion qui pourrait également servir à peaufiner la stratégie belge en termes de dépistage, et qui pourrait également ouvrir la discussion sur la stratégie de vaccination, qui pourrait arriver sur la table plus tôt que prévu initialement.

Bref, si vous vous attendiez à une grande annonce du Comité de concertation qui aurait pu chambouler votre quotidien de confiné, vous allez être déçu. Car, vraisemblablement, on se dirige vers un statu quo pour les prochaines semaines…

Notre sélection vidéo