Abonnez-vous pour 1€

La Renault Twingo met les doigts dans la prise

La version électrique est aussi habitable qu'une Twingo essence (heureusement !)
La version électrique est aussi habitable qu'une Twingo essence (heureusement !)

Il y a déjà près de 5 ans que la Twingo, 3e du nom, égaie nos villes. Et donc c’est à l’occasion de son rafraîchissement de milieu de vie que Renault introduit la version électrique. « Enfin », a-t-on envie de dire, car on se demande pourquoi ce n’est pas venu plus tôt. Qu’est-ce qui distingue une Twingo Electric d’une autre ? Esthétiquement, rien, si ce n’est les petites touches de bleu (la couleur électrique de Renault) apposées ci et là-dedans comme dehors, ou encore un tableau de bord un peu spécifique, puisque la jauge indique le niveau de la batterie, et des petites flèches vous disent quand vous consommez de l’électricité, ou quand vous en récupérez. Aucun changement non plus côté habitabilité (et est tenté de dire « heureusement ») : le coffre sous lequel il y avait déjà un moteur n’est pas raboté, et les batteries sont logées dans le plancher, sous les sièges avant. On ne regrette qu’une chose : que Renault n’ai toujours pas envisagé la possibilité d’aménager ne serait-ce qu’un mini-coffre sous le capot avant, histoire d’y ranger les câbles de rechargement. Du coup, ceux-ci encombrent un coffre arrière qui, sans être ridicule, n’est pas Byzance. C’est dommage, et ça fait un peu désordre.

Les batteries sont logées dans le plancher, sous les sièges avant.
Les batteries sont logées dans le plancher, sous les sièges avant.

Fun et efficiente

Sous le plancher du coffre donc, le moteur essence est remplacé par un moteur électrique de 82 ch et 160 Nm. Quant aux batteries, leur capacité est de 22 kWh, ce qui promet une autonomie moyenne WLTP de 190 km, voire 225 km en mode éco, voire encore 270 km en conduite exclusivement urbaine. Quelles que soient les barrières psychologiques que ces chiffres suscitent, croyez-nous : c’est bien plus qu’il n’en faut pour une voiture de ce genre ! La voiture est compatible avec les bornes de recharges jusqu’à 22 kW, ce qui signifie qu’elle récupère 80 km d’autonomie en 30 minutes. Une charge complète va de 15 heures sur simple prise domestique, à 4 heures sur WallBox, et moins encore sur borne triphasée.

Nous avons fait connaissance avec la Twingo Electric sur un parcours mixte, mêlant ville, routes de campagnes vallonnées et sinueuses, et autoroute. L’idée de départ était bien sûr de mettre à l’épreuve l’autonomie en adoptant une conduite éco. Sauf que… sur ces petites routes de campagne, la pêche du moteur donne envie de sortir la cravache. Ces 80 ch et surtout le couple, disponible immédiatement, comme sur toute voiture électrique, n’a aucun mal à gérer les 1.200 kilos. Ça semble beaucoup, c’est 200 à 300 kilos de plus qu’une Twingo normale, mais ça ne se sent pas du tout.

Sur les petites routes, difficile de résister à la pêche du moteur.
Sur les petites routes, difficile de résister à la pêche du moteur.

Au contraire, la Twingo Electric est plus vive qu’une sœur essence, et elle tient mieux le pavé, grâce aux batteries qui abaissent le centre de gravité. Tout cela pour dire que durant la moitié de notre essai, nous avons généreusement pompé dans les batteries. Et en étant plus raisonnables durant l’autre moitié, nous avons atteint une autonomie de 180 km. Sans nous priver, donc. D’expérience, nous savons qu’en étant raisonnables tout le temps, nous aurions dépassé les 190 km promis, et ce avant même de penser en engager le mode éco. Encore un chiffre, notre essai s’est conclu sur une moyenne inférieure à 12 kWh/100 km, ce qui peut vraiment être qualifié de performance énergétique.

Bref, si une catégorie de voitures électriques a du sens, ce n’est pas le SUV de 2.500 kilos, c’est bien la citadine. Mais nous le disions, il y a un problème, qui n’est pas du ressort de Renault. Par définition, une citadine habite en ville, où il est rare qu’elle dispose d’un garage équipé d’une borne. À bon entendeur politique, salut !

Dernière bonne nouvelle : la Renault Twingo Electric est la première voiture électrique à passer sous la barre symbolique des 20.000 €. Ne serait-ce pas le moment de faire une place dans la famille à cette solution du futur ?

Notre sélection vidéo