Abonnez-vous à -50%

Kerri, mannequin Playboy, soigne sa tumeur avec du… cannabis: «On me traitait de fille stupide qui allait mourir, j’ai prouvé qu’ils avaient tort»

Kerri, mannequin Playboy, soigne sa tumeur avec du… cannabis: «On me traitait de fille stupide qui allait mourir, j’ai prouvé qu’ils avaient tort»
Instagram

Kerri Parker, 36 ans, de Norwich, a évité la chimiothérapie au profit de cette substance illégale qui, selon elle, a stabilisé sa tumeur et lui a permis de continuer sa carrière de mannequin. Plutôt que de suivre un lourd traitement thérapeutique qui l’aurait rendue « encore plus malade » (elle a affirmé que la radiothérapie avait causé à son grand-père le développement de trois autres tumeurs qui ont fini par le tuer), elle a préféré s’en remettre au cannabis.

Kerri qui avait déménagé au manoir de Playboy à Los Angeles, était aussi la doublure de Megan Fox. Elle a expliqué au Fabulous Digital, que son entrée dans le Manoir playboy était le point culminant de sa carrière de mannequin. Elle poursuit que Hugh Heffner, le propriétaire du Manoir, « était tout simplement l’homme le plus doux et le plus gentil que vous ayez jamais rencontré, même si ce n’est pas comme ça que les gens voient. Il n’y a pas de fêtes sauvages, il ne couche pas avec les mannequins, c’était comme une grande famille et c’était tout simplement incroyable. »

Instagram

Une maladie dévastatrice

En octobre 2013, Kerri a été forcée de retourner chez sa mère à Norwich après avoir été malade. Les médecins ont d’abord pensé que c’était une méningite, « parce que j’avais une éruption cutanée et que j’avais du mal à voir ». « Je suis allée aux urgences où j’ai fini par rester une semaine. On m’a fait passer un scanner cérébral et c’est là qu’ils ont découvert la tumeur ». En février 2014, Kerri s’est fait opérer du cerveau et l’opération avait été un succès.

Mais en juin 2019, Kerri a reçu une nouvelle dévastatrice. « Il s’est avéré que ma tumeur était en phase terminale et qu’elle n’avait pas été détectée sur les scanners depuis cinq ans ». « Quand on m’a annoncé que j’étais en phase terminale et que les tumeurs s’étaient propagées – j’étais dévastée ». Face à la perspective d’une chimiothérapie, Kerri a désespérément cherché une alternative.

Instagram

Elle insiste sur le fait que la chimiothérapie la rendrait encore plus malade « la radiothérapie avait causé à mon grand-père le développement de trois autres tumeurs qui ont fini par le tuer ». Kerri était prête à tout, même à engloutir de l’encens et des comprimés de vermifuge pour animaux.

Après être allée à l’encontre des souhaits des médecins, elle s’est rendue dans un hôpital au Mexique pour y subir des scanners et prendre des médicaments avant qu’un ami ne lui suggère d’essayer l’huile de cannabis comme alternative. La concurrente de Miss Monde 2021 a commencé à prendre par voie orale des quantités quotidiennes régulières d’huile contenant 78 % de THC, bien plus que les 0,05 % légalement possible au Royaume-Uni.

Après un nouvel examen cérébral, sa tumeur était plus stable… « Je n’arrivais pas à y croire. C’est un cancer tellement agressif qui se propageait dans mon cerveau. S’il était allé plus loin, je serais morte. Être stable, c’est être en vie, même si ce n’est pas la vie que je veux, c’est me garder en vie pour ma mère. Je savais dans mes tripes que c’était la bonne chose à faire. »

« Je veux une qualité de vie plutôt qu’une quantité de vie. Les gens me traitaient de « fille stupide qui allait mourir », mais je leur ai prouvé qu’ils avaient tort. »

Convaincue de ces bienfaits, elle a décidé de soigner son chien, aussi porteur d’une tumeur, de la même manière : « Il a été opéré, mais il n’avait pas d’assurance et je ne pouvais pas lui payer les 10.000 euros de frais vétérinaire. Je voulais le traiter moi-même et j’ai découvert que le CBD fonctionne aussi bien que les champignons médicinaux – tout ce que j’utilise, je le lui donne. »

« On m’a donné un an à vivre, donc avoir toutes ces couvertures et participer à Miss Monde est tout simplement incroyable. C’est plus que je n’ai jamais fait en 20 ans de carrière de mannequin. C’était mon dernier rêve, on m’a dit que j’étais en phase terminale en juin et on m’a dit que je ne vivrais pas assez longtemps pour voir le mois d’août, alors je tiens juste bon. J’essaie de ne pas regarder trop loin en avant car j’ai des scanners tous les trois mois, j’avance donc 3 mois par 3 mois… », conclu-t-elle.

Instagram

Notre sélection vidéo