Abonnez-vous à -50%

Coronavirus: «Nous avons encore un long chemin devant nous avant de retrouver une situation plus normale», souligne Yves Van Laethem

Vidéos
Coronavirus: «Nous avons encore un long chemin devant nous avant de retrouver une situation plus normale», souligne Yves Van Laethem
Photonews

Tous les indicateurs de la pandémie de coronavirus sont aujourd’hui à la baisse. Le nombre de personnes hospitalisées pour le Covid-19 continue de reculer et s’élève désormais à 5.650 (-4 %), dont 1.284 patients traités aux soins intensifs (-3 %), selon les chiffres provisoires de l’Institut de santé publique Sciensano publiés vendredi. Le nombre de contaminations au Covid-19 en Belgique poursuit sa baisse constante. En moyenne, du 10 au 16 novembre, il y a eu 4.353 contaminations quotidiennes soit une baisse de 37 % par rapport aux sept jours précédents. Le nombre d’admissions à l’hôpital pour cause de Covid-19 continue aussi de diminuer, de -25 %, et s’établit désormais à 372,3 par jour en moyenne (entre le 13 novembre et le 19 novembre).

Depuis le début de la pandémie, 39.930 personnes ont été admises à l’hôpital en raison d’une pathologie Covid-19 et 15.196 personnes en sont mortes. Du 10 au 16 novembre, 186 personnes sont décédées en moyenne chaque jour (-6,9 % par rapport à la période de sept jours précédente).

« Une vague moins meurtrière que la première »

« Nous avons encore un long chemin devant nous avant de retrouver une situation plus normale », a déclaré le porte-parole interfédéral Yves Van Laethem avant d’entamer la conférence de pressse.

« Grâce aux données de Google mobility, nous pouvons constater que nous passons 17 % de notre temps en plus que d’habitude à la maison », a indiqué Yves Van Laethem. Cette proportion est plus faible que lors du premier confinement. « À l’époque, nous sommes restés 25 % de notre temps en plus à la maison », a-t-il spécifié.

Concernant le travail, « nous nous déplaçons 46 % de moins alors qu’au cours de la première vague, c’était 62 % de moins », a-t-il ajouté.

Enfin, par rapport aux loisirs et aux déplacements pour faire les courses, on constate une diminution de la mobilité de 56 % alors que c’était de l’ordre de 78 % lors du premier confinement.

« Cela confirme que les mesures de confinement sont moins drastiques qu’en mars et avril », a ajouté l’infectiologue.

En ce qui concerne les décès, Yves Van Laethem a comparé la situation à celle de la première vague : « Cette deuxième vague a fait de nombreuses victimes mais elle est, actuellement, moins meurtrière que la première ». « Elle était plus intense car nous avons eu plus d’admissions à l’hôpital, mais la mortalité a été moins importante », ajoute-t-il. « C’est vrai que le taux de mortalité en Belgique est l’un des plus élevés d’Europe. Il y a une mortalité extrêmement significative à déplorer dans notre pays », conclut Yves Van Laethem.

Notre sélection vidéo