Abonnez-vous à -50%

Mobilisation pour Mawda à l’ouverture du procès à Mons: des cordes à linge seront suspendues lundi devant différents palais de justice du pays

Mobilisation pour Mawda à l’ouverture du procès à Mons: des cordes à linge seront suspendues lundi devant différents palais de justice du pays
Belga

Le procès des trois hommes impliqués dans la mort de cette petite fille kurde de 2 ans débute lundi matin devant le tribunal correctionnel de Mons. Elle avait été tuée d’un coup de feu lors d’une course-poursuite entre la police et un véhicule transportant des migrants le 17 mai 2018 sur l’autoroute E42.

Ces actions de solidarité sont organisées via Facebook par le groupe Justice4Mawda.

Les trois personnes jugées seront le chauffeur de la camionnette, le passeur et le policier qui a tiré. Ce dernier est poursuivi pour homicide involontaire. La famille de Mawda demande une requalification pour meurtre, ce qui implique une intention de tuer. «Pointer son arme sur une camionnette en mouvement, chambrer la balle, puis appuyer sur la détente, cela peut difficilement être qualifié d’involontaire», estime l’avocate de la famille Selma Benkhelifa. «L’ensemble de la politique migratoire belge en est en partie responsable.»

Cette campagne d’actions de Justice4Mawda vise de plus à dépasser le jugement sur la responsabilité individuelle du policier pour questionner le cadre institutionnel actuel dans lequel le policier s’est pensé autorisé à tirer vers un véhicule avec des personnes à son bord et de considérer le phénomène de déshumanisation des migrants. «On va parler au procès du contexte qui explique le geste du policier, mais il faut aussi que ces questions plus larges soient posées au parlement ou ailleurs», défend encore Me Benkhelifa. «Ce policier n’a pas à répondre seul de son acte.»

De nombreuses personnes, dont le réalisateur britannique Ken Loach, ont exprimé leur soutien à la famille de Mawda sur les réseaux sociaux via la campagne Justice4Mawda.

Notre sélection vidéo