Abonnez-vous pour 1€

Les formes sévères de Covid-19 sont favorisées par des télomères courts, selon une étude de Saint-Luc

Les formes sévères de Covid-19 sont favorisées par des télomères courts, selon une étude de Saint-Luc
Belga

En charge d’une unité Covid lors de la première vague, Antoine Froidure, pneumologue à Saint-Luc et professeur à l’UCLouvain, a lancé une étude sur les patients hospitalisés et la taille de leurs télomères, les fragments d’ADN à l’extrémité des chromosomes qui rétrécissent au fil des divisions cellulaires.

Il a travaillé en collaboration avec le laboratoire d’épigénétique d’Anabelle Decottignies, qui disposait d’une base de données de référence de 491 personnes, dont les télomères avaient été mesurés grâce à une technique de fluorescence novatrice mise en oeuvre aux cliniques Saint-Luc.

Sur les 70 patients Covid+ de 27 à 96 ans testés, 40 % ont des télomères plus courts que 90 % des personnes de leur tranche d’âge dans le groupe témoin. « Avoir des télomères courts prédispose à développer des formes plus graves », conclut Anabelle Decottignies. « La longueur des télomères diminue avec l’âge, mais est aussi déterminée par des caractéristiques génétiques et peut être altérée par l’environnement, le mode de vie. »

« Cette recherche est une des premières à essayer de démontrer un mécanisme par lequel les gens développent des formes sévères », ajoute Antoine Froidure. « Elle explique en partie pourquoi les personnes âgées sont plus à risque, à cause des télomères plus courts avec l’âge, mais aussi en partie les variations du risque chez des jeunes », conclut-il.

Notre sélection vidéo