Abonnez-vous pour 1€

Valériane (Le meilleur pâtissier): « J’ai 2.000 recettes enregistrées que j’aimerais faire ! »

Vidéos
Valériane (Le meilleur pâtissier): « J’ai 2.000 recettes enregistrées que j’aimerais faire ! »

Il y a deux ans, Valériane s’inclinait en finale face à Ludovic, après un superbe parcours et des créations gourmandes à souhait. Depuis, elle a trouvé son équilibre, entre les fourneaux et son métier d’enseignante.

Valériane, quel regard posez-vous sur votre parcours depuis l’émission ?

L’émission m’a permis de me lancer, de me dire « OK, c’est ça qui me fait vibrer ». Je pourrais me lancer totalement mais j’aime mon métier d’institutrice, que je continue d’excercer 3 jours par semaine. Les 4 autres jours, j’organise des ateliers chez moi, des événements. Je viens aussi de sortir un livre. C’est une expérience personnelle incroyable car j’ai rencontré de très chouettes personnes dont certaines avec qui on garde des contacts très fréquents. J’ai beaucoup évolué dans ma pratique de la pâtisserie aussi. Je suis des formations en ligne… Entre mon niveau actuel et mon niveau d’il y a deux ans, ça n’a rien à voir. J’ai aussi acquis une crédibilité auprès des gens, une communauté sur les réseaux. Quand je me lance, je peux me dire qu’il y a des gens derrière moi qui me soutiennent.

Quel a été votre meilleur souvenir dans l’émission ?

C’est lors de la finale. On était sous la tente, il y avait 500 personnes à l’extérieur. J’avais l’impression d’être à mon mariage. On est sorti tous les trois, la pression retombait car on attendait le résultat final. On s’est fait acclamer… C’était l’apothéose.

Vous êtes plutôt team Cyril Lignac ou Mercotte ?

Pour moi, ce n’est pas l’un ou l’autre. Je les aime beaucoup tous les deux et je trouve qu’ils ont chacun une personnalité différente et complémentaire. Elle a un côté plus rigide, qui recadre gentiment. Lui a beaucoup d’humour et est très sympa.

C’est quoi, votre dessert préféré ?

Le merveilleux. C’est mon dessert d’enfance ; tous les dimanches, j’allais à la boulangerie avec mon papa et je pouvais choisir quelque chose dans la vitrine. C’était un merveilleux… Pourtant, il n’y a pas grand-chose : du chocolat, de la meringue, de la crème fraîche. C’est croquant, c’est gourmand, c’est léger… Au restaurant, c’est toujours la dame blanche. J’aime les saveurs classiques.

Quel est l’ingrédient que vous préférez utiliser ?

La crème fraîche, car on peut faire plein de choses avec. Et les citrons. Jaunes, verts, les citrons caviars… Il y a plein de variétés et ça casse le côté sucré des gâteaux.

Quel serait votre rêve de pâtissière ?

Mon rêve, c’est d’évoluer. J’ai besoin d’apprendre, autant en côtoyant de grands chefs que des passionnés amateurs. Je ne suis jamais rassasiée. C’est ça une passion. J’ai hâte de rentrer chez moi pour essayer une nouvelle recette de spéculoos. Là, j’ai une pâte au frigo pour faire une tarte au flan… J’ai toujours la pâtisserie dans un coin de ma tête. J’ai encore 2.000 photos de recettes enregistrées que je voudrais faire.

Vous avez une astuce à partager avec nos lecteurs ?

Cyril Lignac nous disait souvent qu’une pâte devait avoir la couleur du plan de travail. ça veut dire qu’elle doit être dorée, brune. Souvent, les gens sous-cuisent leur pâte sucrée, leurs sablés… C’est trop blanc. Il ne faut pas que ce soit cramé, mais brun.

Notre sélection vidéo