Abonnez-vous pour 1€

Incendie mortel de la Grand-Place à Tournai: «La thèse de l’accident privilégiée»

Claude Lesaffre a été retrouvé dans le canapé de son appartement situé sur la Grand-Place. © B. LIBERT
Claude Lesaffre a été retrouvé dans le canapé de son appartement situé sur la Grand-Place. © B. LIBERT - Bernard Libert

« C’est un accident ! La police nous l’a dit », insiste Jean-Luc Lesaffre, frère de la victime. Comme le reste de la famille, le Tournaisien est anéanti par le drame qu’il est en train de vivre. « Mon frère n’a pas mis fin à ses jours », martèle-t-il. « Il est décédé par intoxication des fumées consécutives à la combustion des couvertures synthétiques ».

Jean-Luc Lesaffre explique que Claude s’est endormi dans son canapé et que le feu a été causé par une cigarette. « La cellule d’identification de Bruxelles nous a dit que son corps avait été retrouvé en position sereine. Il dormait et n’a sans doute même pas senti ce qui arrivait ».

Pas d’accélérant

La thèse de l’incendie accidentel est également privilégiée par le Parquet de Tournai sur base des constatations des pompiers et de la DVI (Disaster victims identification). C’est que nous a déclaré le substitut Bariseau, qui ajoute qu’aucune trace de produit accélérant n’a été retrouvée dans l’appartement et que le feu a plus que certainement été causé par un mégot de cigarette. Les devoirs d’enquête sont toujours en cours. « Mais il est plus que probable que le dossier sera classé sans suite », conclut Frédéric Bariseau.

Le corps sans vie de Claude Lesaffre a été retrouvé par les pompiers de la zone de secours de Wallonie picarde. Ceux-ci avaient été appelés dans la nuit de lundi à mardi peu après minuit pour intervenir dans cet appartement situé au-dessus du café La Botte de Lin, juste à côté de l’église Saint-Quentin. À leur arrivée l’appartement, au dernier étage de l’immeuble, était déjà embrasé. Le sinistre n’avait laissé aucune chance au locataire, les hommes du feu et les urgentistes ne pouvaient plus rien faire pour lui.

Le décès de Claude Lesaffre suscite beaucoup d’émotion dans la cité aux cinq clochers où la quadragénaire était bien connu. En effet, il avait autrefois tenu le café Le Flore situé sur la Grand-Place et travaillé pour une société de taxis.

À sa famille si durement éprouvée, nous réitérons nos plus sincères condoléances.

Notre sélection vidéo