Abonnez-vous pour 1€

François-Xavier (Le meilleur pâtissier): « Deux heures pour faire un gâteau, c’est trop court pour moi »

Vidéos
François-Xavier (Le meilleur pâtissier): « Deux heures pour faire un gâteau, c’est trop court pour moi »

Après 6 semaines d’aventure, François-Xavier a raccroché son tablier de pâtissier dans l’émission et est rentré à Los Angeles, gonflé à bloc pour continuer à ravir les internautes de ses créations sucrées aux détails si précis.

François-Xavier, que retenez-vous de l’aventure LMP ?

Je retiens que je ne suis pas fait pour réaliser des gâteaux en 2 heures. Ce n’est pas mon genre de pâtisserie. Chez moi, je fais des pâtisseries très belles, très bien finies. Je peux prendre mon temps et fignoler les derniers détails. Mais je ne suis pas bon dans l’urgence. Pour moi qui aime le côté « bijou » des gâteaux, c’était très frustrant et un peu dur de ne pas pouvoir sortir ce que je souhaitais. Mais je n’ai aucun regret, et je le referais sans hésiter.

Vous avez été surpris, lors du tournage de l’émission ?

Oui, c’était ma première télé et je n’imaginais pas tous les éléments perturbants qu’il y a en fait. Sur une épreuve, on perd vite une demi-heure à répondre aux questions des journalistes devant la caméra, à refaire des prises parce qu’ils n’ont pas filmé le moment où on mettait la pâte dans le four, la crème au frigo… Ce qui prend 3 secondes chez soi, prend 1 minute sur le tournage.

Quel est votre meilleur souvenir du tournage ?

Ces 6 semaines en petit groupe, et les interactions entre nous. Il y avait une très bonne ambiance en fait. Avec le covid, on a dû rester 6 semaines confinés, du matin au soir, week-ends compris. Je n’étais pas habitué à une telle promiscuité mais j’ai vraiment apprécié.

Vous êtes plutôt team Cyril Lignac ou Mercotte ?

Avant le concours, j’étais à fond pour Mercotte. Son blog était l’un des premiers que j’avais découvert en arrivant aux Etats-Unis, où on proposait des pâtisseries dignes de ce nom. Mais quand je suis arrivé sur le plateau, j’ai appris à connaître Cyril Lignac et je suis devenu fan de lui. Il reste simple alors qu’il pourrait se permettre d’être arrogant, il est super humainement, il m’a épaté. Et surprendre un grand chef comme lui avec les saveurs, c’était génial.

Quels sont vos projets, votre rêve de pâtissier ?

J’ai un blog qui marche très bien (www.cuisinedaubery.com), où je partage la pâtisserie que j’aime. En revenant à Los Angeles, j’ai donné des cours à des Français qui me l’ont demandé. Mon rêve, c’est de continuer. Et si je peux, ouvrir une pâtisserie à LA car il n’y a pas de bonnes pâtisseries ici, et j’ai envie de faire découvrir les bons gâteaux européens aux habitants.

Quel est l’ingrédient que vous préférez utiliser ?

La farine, parce qu’on ne peut rien faire sans.

Vous avez une astuce à partager avec nos lecteurs ?

Dans LMP, j’ai appris qu’il ne fallait pas faire totalement bouillir la crème avant de la verser sur le chocolat pour faire des ganaches montées, comme on le dit. Cyril Lignac m’a dit que la crème perd alors ses propriétés, qu’il valait mieux faire bouillir la moitié de la crème, la verser sur le chocolat pour le faire fondre, puis ajouter le reste de la crème froide. ça monte beaucoup mieux.

Notre sélection vidéo