Abonnez-vous pour 1€

Comité de concertation: vers une réouverture sous conditions des commerces non-essentiels

Comité de concertation: vers une réouverture sous conditions des commerces non-essentiels
Belga

«En tous cas, cela figure à l’ordre du jour du comité de concertation de cette après-midi», a affirmé le vice-Premier ministre et ministre de l’Emploi et du Travail, Pierre-Yves Dermagne (PS), au micro de la radio privée Bel-RTL.

«Pour autant qu’elle (cette réouverture) soit bien encadrée, par des règles strictes», a toutefois précisé M. Dermagne.

«C’est ce à quoi nous travaillons depuis lundi avec les représentants des commerçants, avec les représentants des travailleurs, les syndicats, avec les experts, pour mettre en place des protocoles stricts qui devraient permettre la réouverture des commerces dits non-essenteils dans les prochains jours, a-t-il dit.

Le vice-Premier ministre socialiste a souligné qu’un consensus sur la réouverture des commerces non-essentiels existait entre les principaux membres du gouvernement fédéral.

«La question de la possible réouverture des commerces non essentiels, on en a débattu moins d’une demi-heure en kern (comité ministériel restreint, ndlr) lundi, sur une réunion de plusieurs heures. Un consensus s’est dégagé rapidement et il n’y a eu aucune opposition autour de la table. Tout le monde était d’avis qu’il fallait faire quelque chose pour permettre une réouverture strictement encadrée. (...) Mais on a été plusieurs à dire: on doit le faire en garantissant les conditions sanitaires à la fois pour les clients, les commerçants et leurs travailleurs», a-t-il affirmé au journal ’La Dernière Heure’. Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR), a pour sa part qualifié d’"indispensable» la réouverture de ces commerces moyennant des conditions strictes, lors de l’émission Matin Première dont il était l’invité vendredi matin.

«Parce que si on ne le fait pas, les risques sont bien plus grands, y compris sur le volet psychologique et mental des gens et y compris sur le volet économique», a-t-il dit, en soulignant combien les indépendants, les commerçant et les PME «galèrent», «souffrent» et «meurent».

M. Jeholet a aussi insisté sur le risque sanitaire que présenterait selon lui le fait de se rendre à l’étranger pour effectuer des achats, dans les pays voisins qui rouvrent leur commerce. «Dites-vous bien que tous les Belges feront les déplacements pour aller chercher des cadeaux, pour aller faire leurs courses. Et ça, en termes de contaminations, cela va être pire que de ne pas les ouvrir», a-t-il lancé.

La fermeture des commerces non-essentiels, dans le cadre de mesures destinées à lutter contre la résurgence du coronavirus en Belgique, avait été décidée le 30 octobre dernier pour une durée de plus d’un mois (du lundi 2 novembre jusqu’au dimanche 13 décembre inclus). Le comité de concertation avait toutefois décidé de laisser le loisir aux clients de commander et d’aller chercher des achats par le biais du système de «click & collect».

Notre sélection vidéo