Abonnez-vous pour 1€

Comité de concertation: magasins, réveillon de Noël, contacts, couvre-feu, revivez l’annonce des nouvelles mesures! (vidéo)

Vidéos
Comité de concertation: magasins, réveillon de Noël, contacts, couvre-feu, revivez l’annonce des nouvelles mesures! (vidéo)

Tous les commerces pourront rouvrir leurs portes dès mardi prochain sous strictes conditions, a annoncé vendredi soir le Premier ministre Alexander De Croo à l’issue du comité de concertation. Malgré cet assouplissement, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont décidé de maintenir des mesures très strictes dans l’attente d’une amélioration plus significative du taux de contamination. Les fêtes de fin d’année se dérouleront dès lors « en petit comité ».

Voici les mesures qui ont été décidées

► « Le comité a décidé de rester très prudent pour mettre en avant la sécurité de tous, surtout avant les mois d’hiver », a annoncé Alexander De Croo.

Magasins  : réouverture des commerces « non-essentiels » le mardi 1er décembre. « De façon responsable et en sécurité, pas de ‘fun-shopping’ », seul et pendant un court laps de temps. Il faudra éviter les foules en dehors de magasins. Ce sera de la responsabilité des commerçants, des autorités locales mais aussi la responsabilité des citoyens. « Faites vos courses d’une manière responsable. Portez un masque, désinfectez vous les mains. Si vous voyez qu’il y a trop de monde, revenez plus tard ».

De strictes conditions en matière d’hygiène seront applicables :

– le strict respect des règles de base, comme se laver les mains, garder ses distances, porter un masque ; – les mesures de prévention doivent être annoncées de manière visible pour tous les visiteurs y compris le personnel et les fournisseurs ; – du gel désinfectant pour les mains doit être disponible à l’entrée ; toute personne qui entre dans le magasin doit se désinfecter les mains ; – le personnel reçoit une formation appropriée ; – le shopping se fait individuellement avec un adulte par séance de shopping. La compagnie d’enfants jusqu’à l’âge de 18 ans inclus est limitée autant que possible ; – une visite de magasin est aussi brève que possible et dure au maximum 30 minutes ; – le magasin est également responsable de la gestion de la file d’attente à l’extérieur du magasin. Une surveillance de la clientèle qui attend à l’extérieur du magasin doit être organisée de manière à ce que les règles de distanciation physique soient respectées. L’organisation à l’extérieur du magasin se fait selon les directives des autorités locales

Les conditions portent également sur le nombre maximal de clients par mètre carré de surface accessible :

– pour les magasins, s’applique la norme d’un client par 10 m² de surface accessible ; – les magasins de moins de 20 m² accueillent au maximum 2 clients en même temps, à condition que les règles de distanciation soient respectées ; – les grands magasins de plus de 400 m² doivent obligatoirement prévoir un contrôle d’accès ; – l’accès aux centres commerciaux, aux rues commerçantes et aux parkings est organisé par les autorités communales compétentes, conformément aux instructions de la ministre de l’Intérieur, de manière à respecter les règles de distanciation, en particulier le maintien d’une distance de 1,5 mètre entre chaque personne.

À noter aussi que les « services non-essentiels », comme les salons de toilettage pour animaux, les cordonniers, les carwash, vont eux aussi pouvoir rouvrir leurs portes, comme l’a expliqué le ministre des PME David Clarinval au micro de RTL après la conférence de presse.

► « À la mi-janvier seulement, on pourrait davantage déconfiner si les chiffres le permettent effectivement », a indiqué Alexander De Croo. « Mais il faut parvenir à maintenir un effort jusque-là ». « S’il y a une troisième vague, elle sera encore plus difficile que la 2e. Et on ne pourra plus la tenir. C’est une responsabilité que nous avons tous. » Des autres secteurs restent fermés. Les métiers de contacts, comme les coiffeurs ou les esthéticiennes, salon de massage et tatouages, ne peuvent donc pas reprendre leurs activités. Tout comme le secteur de l’horeca, de l’événementiel ou le monde de la nuit.

► Les musées et piscines peuvent rouvrir conformément au protocole de leur secteur.

Culture et sport  : les secteurs culturels et sportifs (sauf les piscines et musées) restent à l’arrêt. Sur base des protocoles, ces secteurs pourront être relancés si le contexte le permet. Ils doivent donc se préparer. Mais aucune date n’est évoquée.

Fête de Noël  : le 24 ou le 25 décembre (mais pas les deux !), les personnes qui vivent seules pourront recevoir leurs deux contacts rapprochés chez eux, ce qui n’est pas permis en temps normal. Par contre, pas de bulle sociale élargie pour les ménages, qui ne peuvent toujours recevoir qu’un seul contact rapproché chez eux. « Si aujourd’hui vous êtes déçus, je vous comprends. J’aurais aussi voulu fêter Noël avec ma famille, mais cette année, ce ne sera pas possible », a expliqué Alexander De Croo.

► Le couvre-feu (de minuit à 5 heures au niveau fédéral, en attendant une décision pour la Wallonie et Bruxelles) et l’interdiction de rassemblement (pour les rassemblements à l’extérieur, la règle des quatre reste applicable) resteront d’application. Il y aura une interdiction de vente et de lancement de feu d’artifice à Noël et au Nouvel an. « Il ne faut pas perdre en 4 jours ce qu’on a engrangé en 4 semaines », a dit le Premier ministre pour expliquer ce choix.

Couvre-feu en Wallonie et à Bruxelles (qui est différent du couvre-feu fédéral)  : « Le couvre-feu du côté wallon est de 22h à 6h et il le restera. La décision actuelle vaut jusqu’à la mi-décembre (le 13 décembre, NDLR). Il faudra réévaluer la situation. Si nous décidons de maintenir le couvre-feu à 22h, je pense qu’on peut, le 24 et le 25 décembre, faire un couvre-feu de minuit à 5h (comme au niveau fédéral, NDLR) mais je dois encore en parler au sein de mon gouvernement », a annoncé le ministre-président wallon Elio Di Rupo. En Région bruxelloise, le Conseil régional de sécurité (Cores), qui se réunira au début de semaine prochaine, fera le point sur ce sujet, et notamment sur les nuits du 24 et du 31 décembre, a indiqué la porte-parole du ministre-président Rudi Vervoort, interrogée à ce propos vendredi soir. Ces décisions ne sont donc pas encore officielles.

Contrôles renforcés pour les personnes qui reviennent de voyages  . Les voyages à l’étranger seront strictement contrôlés. Les personnes qui reviennent d’une zone rouge feront l’objet de contrôles « actifs » pour vérifier si les voyageurs ont bien rempli le Passenger Location Form (PLF) et si les règles de quarantaine sont respectées, a annoncé Alexander De Croo. Une approche globale au niveau européen de la thématique du voyage serait souhaitable, a-t-il ajouté. Le Premier ministre a souligné, au sujet des sports d’hiver, la nécessité d’éviter de reproduire les erreurs de l’an dernier, lorsque les séjours au ski avaient constitué un catalyseur de la pandémie sur le continent. À ce titre, il aimerait voir l’Autriche et la Suisse suivre les exemples de la France et de l’Allemagne, qui ont décidé de fermer leurs stations, ou tout du moins les infrastructures liées à la pratique des sports d’hiver. « Ces voyages sont fortement déconseillés. Il faut rester très très prudent, il ne faut pas réimporter le virus. On organisera des contrôles aux frontières »

L’ensemble des mesures annoncées vendredi seront en vigueur jusqu’au 15 janvier avec une évaluation prévue début janvier.

► On pourrait ne pas parler de « déconfinement » avant le 1er février.

Les écoles resteront bien ouvertes, le sujet n’ayant pas été abordé dans l’après-midi.

► « Pour passer de la phase descendante, pendant laquelle il faut faire baisser au plus vite les chiffres liés aux contaminations, à la phase de gestion, le taux d’incidence devra être à un niveau bas suffisamment longtemps », a prévenu le Premier ministre.

Revivez la conférence de presse en vidéo et notre direct commenté

Revivez la journée

18h10 : Concernant la réouverture des restaurants et des bars, elle ne serait pas envisagée avant le 1er février, ont indiqué HLN et la RTBF. Une évaluation est prévue pour le 15 janvier. La raison derrière cette décision est que la Belgique ne sera pas dans « une zone de sécurité » au niveau sanitaire avant le 15 janvier.

17h57 : Selon la RTBF, le couvre-feu serait allégé pour la nuit du 24 au 25 décembre. Il serait permis, cette nuit-là, de circuler jusque minuit. Le bulle serait élargie pour les personnes isolées seulement, qui pourraient inviter deux personnes en même temps le soir de Noël. Rien ne changerait donc pour les familles qui ne peuvent recevoir qu’une seule personne.

17h53 : Les piscines et les musées pourraient eux aussi rouvrir leurs portes, selon les informations de HLN. Selon nos confrères de la DH, le shopping devrait se faire seul. La durée par magasin serait limitée à 30 minutes.

17h50 : La conférence de presse aura lieu à 19h, et non à 18h30 comme annoncé précédemment.

17h30 : Le Comité de concertation se termine. La conférence de presse aura lieu à 18h30.

16h12 : Les métiers de contacts comme les esthéticiennes ou les coiffeurs resteraient quant à eux fermés, rapportent nos confrères de RTL et du Nieuwsblad.

16h01 : Le Comité de concertation se serait accordé sur une réouverture des commerces non-essentiels dès le 1er décembre. Seuls les modalités pratiques ne sont pas encore connues et seront présentées lors de la conférence de presse. Selon la VRT toutefois, cela se ferait sous des conditions strictes pour éviter les foules.

15h04 : Selon nos confrères de LN24, les discussions du Comité de concertation « n’avancent vraiment pas très vite… ». Il y aurait des désaccords entre scientifiques et politiques.

14h55 : « Si vous voulez porter la responsabilité de la mort d’un de vos proches toute votre vie, faites des fêtes de Noël ». Frédérique Jacobs, cheffe du service des maladies infectieuses, s’exprime sur la réduction de la bulle sociale pour les fêtes de fin d’années. Plus d’informations dans notre article.

13h01 : Le nombre de clusters diminue dans les maisons de repos et de soins. Plus d’informations dans notre article ici.

13h : Le comité de concertation a débuté.

12h48 : Ce qui sera discuté au Comité de concertation

Le Comité de concertation, qui se réunit à 13h, aura plusieurs points à aborder aujourd’hui, d’autant plus qu’il devrait s’agir du dernier Comité de l’année, sauf urgence.

Le Comité abordera la question de la réouverture des commerces non-essentiels. Plusieurs ministres l’ont affirmé : la question sera bel et bien à l’ordre du jour.

À l’approche des fêtes, la question de la bulle sociale devrait également être abordée. Il ne faut pour autant pas s’attendre à un important assouplissement. « Ce sera un Noël à petite échelle, ce sera un Noël prudent », a insisté Alexander De Croo. La possibilité d’un couvre-feu réduit pour les 24 et 31 décembre est également évoquée.

11h38 : Selon Yves Van Laethem, la rentrée scolaire n’a pas relancé l’épidémie de coronavirus

Le retour des élèves dans les classes après les congés prolongés d’automne n’a pas entraîné un impact visible sur les contaminations au coronavirus, a indiqué vendredi Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral francophone, lors de la présentation des chiffres de l’institut de santé publique Sciensano.

Mais la reprise du testing des personnes asymptomatiques a eu une légère influence sur le nombre de cas enregistrés.

9h59 : « Ce n’est pas le moment d’organiser des grandes fêtes, ni même des petites »

L’infectiologue Erika Vlieghe, cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital universitaire d’Anvers, a appelé les Belges à la prudence durant la période de Noël quelques heures avant le Comité de concertation.

« Ce n’est pas vraiment le moment d’organiser de grandes fêtes, ni mêmes des petites », a-t-elle affirmé lors de l’émission De Ochtend de la VRT-radio.

« Je serais très prudente. Les hôpitaux sont bondés et le secteur de la santé est toujours en train de craquer. Ce n’est vraiment pas le moment d’organiser de grandes fêtes, et pas même de petites non plus. Je pense aussi que beaucoup de gens le comprennent », a ajouté la professeure Vlieghe.

« Nous ferions mieux de nous concentrer sur ce qui est possible. Sommes-nous vraiment prêts à mettre en péril le bénéfice que nous avons réalisé ? », a poursuivi l’ancienne présidente du groupe d’experts chargé de la stratégie de sortie du confinement (GEES).

Erika Vlieghe a par ailleurs souligné, sur la question de la réouverture des commerces non-essentiels, qu’il était plus prudent d’éviter les endroits fortement fréquentés dans des zones mal ventilées.

9h25 : vers une réouverture des commerces non-essentiels

Alors que le Comité de concertation se réunit à 13h ce vendredi, la réouverture des commerces non-essentiels semble se dessiner sérieusement. Ce matin, deux membres du Comité de concertation ont laissé sous-entendre que la réouverture de ces commerces devrait être autorisée, sous conditions. « cela figure à l’ordre du jour du comité de concertation de cet après-midi », a affirmé le vice-Premier ministre et ministre de l’Emploi et du Travail, Pierre-Yves Dermagne (PS), au micro de la radio privée Bel-RTL. Avant de préciser : « Pour autant qu’elle (cette réouverture) soit bien encadrée, par des règles strictes ».

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR), a pour sa part qualifié d’« indispensable » la réouverture de ces commerces moyennant des conditions strictes, lors de l’émission Matin Première dont il était l’invité vendredi matin.

« Parce que si on ne le fait pas, les risques sont bien plus grands, y compris sur le volet psychologique et mental des gens et y compris sur le volet économique », a-t-il dit, en soulignant combien les indépendants, les commerçants et les PME « galèrent », « souffrent » et « meurent ».

Pierre-Yves Jeholet a aussi insisté sur le risque sanitaire que présenterait selon lui le fait de se rendre à l’étranger pour effectuer des achats, dans les pays voisins qui rouvrent leur commerce. « Dites-vous bien que tous les Belges feront les déplacements pour aller chercher des cadeaux, pour aller faire leurs courses. Et ça, en termes de contaminations, cela va être pire que de ne pas les ouvrir », a-t-il lancé.

6h39 : Le nombre de patients hospitalisés continue de diminuer

Hier/jeudi, 4.395 malades du Covid-19 étaient hospitalisés, selon les données publiées vendredi matin par Sciensano. Un nombre qui continue de baisser, alors que 4.570 lits d’hôpitaux étaient encore occupés mercredi par des patients infectés par le coronavirus.

Les soins intensifs traitaient 1.034 patients jeudi, dont 671 nécessitaient une assistance respiratoire. Là encore, on constate une baisse en 24 heures. Sur les sept derniers jours, une moyenne quotidienne de 256,9 admissions à l’hôpital a été enregistrée, soit une diminution de 31 %.

Sur la période du 17 au 23 novembre, 2.764,6 infections en moyenne ont été dépistées par jour (-37 %). Depuis le début de l’épidémie, 567.532 cas ont été détectés au total. L’incidence sur 14 jours atteint 434,1 contaminations pour 100.000 habitants.

Notre sélection vidéo