Abonnez-vous pour 1€

Besnik Hasi croit en la réussite de son ami Vincent Kompany en tant que coach: «Vincent va s’en sortir, il est très fort et il n’abandonne jamais»

Besnik Hasi croit en la réussite de son ami Vincent Kompany en tant que coach: «Vincent va s’en sortir, il est très fort et il n’abandonne jamais»
Belga

Quel regard portez-vous sur son parcours, depuis qu’il est revenu au parc Astrid ?

Dès le début, je lui avais dit que la meilleure formation avant de devenir T1 était d’apprendre dans l’ombre en tant que T2. Je l’ai fait durant six ans tout en remplissant des missions de scouting. Mais son rêve de devenir entraîneur principal était trop grand. Il lui était impossible de patienter. Vincent n’a jamais rien fait comme les autres. Enfant, il était déjà adolescent. Adolescent, il était déjà adulte. Il a toujours été très mature. Et, tactiquement, c’était déjà un monstre au début de sa carrière de joueur. Mais, être entraîneur, c’est encore autre chose.

Quels autres conseils lui avez-vous prodigués ?

De s’entourer d’une personne expérimentée. Dommage que ça n’ait pas collé avec Frankie (Vercauteren). Et, aussi, d’être plus souple au niveau de sa philosophie. Il doit se rendre compte qu’il n’a pas des joueurs à 50 millions comme City. Comme tout jeune coach, il est rempli d’idéaux et a envie de révolutionner le football. Mais ses performances les plus solides, il les a signées contre l’Antwerp et à Gand en n’ayant pas la possession du ballon. Il n’y a aucune honte à cela. Il a besoin de points, c’est normal. C’est de cela dont Anderlecht a besoin aujourd’hui. Gagner et encore gagner, même grâce à un autobut ou à un ballon dévié à la dernière seconde. Le spectacle viendra éventuellement plus tard. Ce fut à nouveau compliqué au Beerschot, mais Vincent va s’en sortir. Il est fort, très fort et n’abandonne jamais.

►► Retrouez ICI l’interview de Besnik Hasi.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo