Abonnez-vous pour 1€

Maastricht passe en code rouge, en partie à cause des Belges qui viennent y faire leurs achats: la bourgmestre menace de fermer les magasins!

Maastricht passe en code rouge, en partie à cause des Belges qui viennent y faire leurs achats: la bourgmestre menace de fermer les magasins!
S.B.

Le conseil municipal appelle les visiteurs à arrêter de se rendre dans le centre-ville. Si cela se produit encore, la bourgmestre, Annemarie Penn-te Strake, fera fermer les magasins.

Selon la porte-parole de la ville, Maastricht est fort fréquentée par des Belges : « Beaucoup de gens viennent au centre-ville pour se rendre dans les magasins », a-t-elle déclaré.

Samedi après-midi, le Bourgmestre d’Eindhoven John Jorritsma a décidé de fermer les magasins plus tôt dans la soirée, car il y avait beaucoup trop de monde, en partie des Belges.

L’avis aux voyageurs du ministère belge des Affaires étrangères se lit comme suit : « Il est urgent de limiter au maximum les voyages à l’intérieur et à destination des Pays-Bas, quel que soit le moyen de transport ». Concernant le tourisme : « Tous les voyages inutiles aux Pays-Bas sont fortement déconseillés. Tous les voyageurs en provenance de Belgique sont mis en quarantaine pendant 10 jours après leur entrée aux Pays-Bas. »

Le président du conseil de sécurité souhaite réduire le shopping des Belges

Le président du conseil de sécurité néerlandais, Hubert Bruls, a dit dimanche s’attendre à une forte affluence dans les villes du sud des Pays-Bas à l’approche de la Saint-Nicolas et des fêtes de fin d’année, et appelé à « faire quelque chose » pour réduire l’afflux des excursionnistes belges.

« Dans les villes du sud (du pays), comme Eindhoven, Breda en Maastricht, nous constatons la présence de nombreux visiteurs belges. Nous ne pouvons pas tolérer cela. Ils viennent aux Pays-Bas pour faire leurs courses parce que les magasins non essentiels sont fermés en Belgique, a déclaré M. Bruls, qui est également bourgmestre de la ville de Nimègue à la chaîne de télévision publique NOS.

De nombreuses voitures porteuses de plaques d’immatriculation belges étaient également visibles ce week-end à Rotterdam. « Seuls nous, en tant que bourgmestres, ne pouvons pas y faire grand-chose : c’est vraiment une question pour le gouvernement et pour les deux États », a ajouté M. Bruls. « Mais des accords doivent certainement être conclus à ce sujet », a-t-il poursuivi.

Mais les Belges ne sont pas le seul point d’attention, a-t-il souligné.

« Dans les semaines à venir, il y a des choses auxquelles nous devons faire très attention. Je veux éviter ce qui s’est passé ce week-end dans des villes comme Eindhoven et Rotterdam. Si cela ne fonctionne pas, nous devrons intervenir », a fait valoir le bourgmestre de Nimègue.

Une possibilité, selon lui, est de fermer les commerces de détail si l’affluence persiste et reste incontrôlable dans les rues commerçantes. « Je n’exclus pas que vous devions vous mettre d’accord sur quelque chose pour travailler ensemble en tant que bourgmestres. Mais maintenant, après ce week-end, ce n’est pas encore nécessaire », a-t-il toutefois indiqué.

Notre sélection vidéo