La frayeur de Marion Jollès Grosjean

La journaliste de TF1 a bien cru perdre son mari, le pilote Romain Grosjean. © Instagram/Marion J. Grosjean
La journaliste de TF1 a bien cru perdre son mari, le pilote Romain Grosjean. © Instagram/Marion J. Grosjean

Les images, impressionnantes, de l’accident de Romain Grosjean au Grand Prix de Bahreïn, ce week-end, ont fait le tour du monde, provoquant une belle frayeur, même si, grâce au halo de protection de sa voiture, le pilote franco-suisse de 34 ans s’en tire avec juste quelques « brûlures légères aux mains et aux chevilles ». Quand on voit comment, en percutant la glissière de sécurité, sa Haas VF-20 s’est littéralement coupée en deux avant d’exploser dans une grande boule de feu, ça paraît à peine croyable. « Je voulais dire que je vais bien, en quelque sorte », a plaisanté le sportif, les doigts boudinés par d’énormes bandages, depuis son lit d’hôpital.

Lui qui avait critiqué ce système de protection du cockpit rendu obligatoire depuis 2018, fait aussi son mea-culpa : « Je n’étais pas pour le halo il y a quelques années, mais c’est la meilleure chose apportée à la Formule 1, et sans ça je ne pourrais pas vous parler aujourd’hui. »

Une boule de feu dont le pilote Romain Grosjean n'a pu s'échapper qu'au bout de longues secondes. © Capture vidéo
Une boule de feu dont le pilote Romain Grosjean n'a pu s'échapper qu'au bout de longues secondes. © Capture vidéo

Tout finit donc bien… aussi pour son épouse et mère de leurs trois jeunes enfants (Sacha, 7 ans, Simon, 5 ans et Camille, qui va sur ses 3 ans), l’animatrice de TF1 Marion Jollès Grosjean. Pour elle, la frayeur fut immense. Une émotion qu’elle a partagée sur les réseaux sociaux ce 30 novembre après une nuit d’angoisses : « Une fois que l’on a dit les mots urgents, les mots utiles, pour protéger nos enfants, les autres manquent pour nous-mêmes. Heureusement, les boucliers d’amour sauvent les super-héros. Évidemment, je n’ai pas dormi cette nuit. Et pour être honnête, je ne sais pas trop quoi vous écrire. Je sais juste que c’est bien de le faire. Ça m’a toujours aidée. Enfin… Ce matin, je ne vais pas vous mentir, les mots ne viennent pas facilement. Ça va le faire rire, lui qui sait combien je suis bavarde. Lui auquel j’ai toujours tant écrit, justement. »

L’animatrice a aussi tenu à remercier la famille de Jules Bianchi, jeune pilote de F1 mort en 2015, des suites d’un crash au Grand Prix du Japon : « Merci à la famille de Jules Bianchi, à son père, Philippe, auquel je ne cesse de penser. À Jules lui-même. » Marion salue aussi les « équipes de Canal + pour leur délicatesse. Je vais en oublier, pardonnez-moi. Merci à nos enfants qui l’ont poussé à s’extraire du brasier. Merci à son courage, son acharnement, sa force, son amour, son entraînement physique qui l’a probablement maintenu en vie aussi ». Elle conclut par « je vous embrasse ». Un témoignage plein d’amour et de sincérité extrêmement touchant.