Abonnez-vous pour 1€

Un bébé naît d’un embryon congelé il y a 27 ans, un an seulement après la naissance de sa propre mère: «C’est notre petit miracle»

Un bébé naît d’un embryon congelé il y a 27 ans, un an seulement après la naissance de sa propre mère: «C’est notre petit miracle»
Capture vidéo Mirror

Molly Everette Gibson est née d’un embryon congelé il y a 28 ans, soit en octobre 1992, 18 mois seulement après la naissance de sa propre mère, Tina, âgée elle de 29 ans. Et ce qui est peu commun, c’est que le record précédent d’embryon congelé était détenu par sa grande sœur, Emma, qui elle a passé 24 ans sous forme d’embryon avant de voir le jour en novembre 2017.

Selon les informations du Mirror, les deux embryons ont été congelés ensemble et transférés dans l’utérus de Tina à trois ans d’intervalle. « C’est difficile de comprendre, mais en ce qui nous concerne, Molly est notre petit miracle », a confié Tina, la maman des deux petites filles, au New York Post.

Après la naissance de Molly, des chercheurs de la bibliothèque médicale de l’Université du Tennessee ont affirmé qu’elle était devenue l’embryon congelé le plus longtemps pour aboutir à une naissance vivante. « C’était très gratifiant pour moi de voir un embryon gelé il y a des années aboutir à la naissance d’un adorable bébé », a déclaré Carol Sommerfelt, directrice du laboratoire du Centre national de don d’embryons. Elle a ajouté être « honorée d’avoir fait partie du processus ».

Au début, Tina et son mari Benjamin étaient assez réticents à l’idée d’avoir recours à cette pratique. Mais plus le temps passait, plus l’idée ne pouvait plus leur sortir de la tête. Ils ont donc décidé de se lancer. Après avoir restreint leur choix aux couples donateurs de petite taille, ils se sont penchés sur les antécédents sanitaires. Le jour de son transfert d’embryon avec son aînée, Emma, Tina a été très surprise en apprenant qu’il avait été congelé pendant 24 ans. Quand Tina et Benjamin ont voulu un deuxième enfant, pour eux, il était évident d’opter pour un embryon venant des mêmes donneurs. « Tant que les embryons sont correctement maintenus dans le réservoir de stockage d’azote liquide à -396 degrés, nous pensons qu’ils peuvent être bons indéfiniment », explique le Dr Sommerfelt.

Notre sélection vidéo