Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus: voici la stratégie de vaccination qui sera appliquée en Belgique et les groupes qui seront prioritaires

Coronavirus: voici la stratégie de vaccination qui sera appliquée en Belgique et les groupes qui seront prioritaires
Belga

Suite à la Conférence interministérielle de Santé publique, Wouter Beke, président de la CIM, a tenu une conférence de presse pour détailler la stratégie de vaccination établie par les ministres contre le coronavirus. « 2021 se présente comme un nouveau départ », a débuté le président de la Conférence interministérielle Santé publique. « On pourra commencer à vacciner début janvier si nos vaccins sont validés par l’Europe », poursuit Wouter Beke, confirmant l’annonce faite par le Premier ministre Alexander De Croo ce mercredi.

La Belgique a en effet souscrit à la procédure Européenne d’achat anticipé et précommandé des millions de vaccins de différentes firmes.

La stratégie de vaccination devrait ensuite se dérouler en phase. La première étant la délivrance de l’autorisation de mise sur le marché des vaccins par l’Union européenne, attendue pour fin 2020-début 2021.

La seconde phase, attendue pour janvier 2021, sera la disponibilité du vaccin et donc le démarrage de la vaccination. Le 1e vaccin disponible sera celui de Pfizer avec 600 000 doses (à noter que 2 doses sont nécessaires par personne). Il permettra de vacciner 300.000 personnes.

Dans cette stratégie de vaccination, la TaskForce a établi des groupes prioritaires de personnes à vacciner.

1. Les résidents et le personnel des établissements d’hébergement pour personnes âgées (MR/MRS), suivis des institutions collectives de soins, en incluant les volontaires.

2. Les professionnels de soins* au sein des hôpitaux et les professionnels de soins* œuvrant en 1ère ligne. Cette catégorie regroupe toutes les personnes qui sont à risque élevé de contamination en raison de contacts rapprochés avec des patients Covid-19, dans le cadre de leur activité professionnelle.

3. Les autres membres du personnel des hôpitaux et des services de santé incluant aussi les structures investies dans la prévention (p.ex. centres de vaccination et centres de dépistage du cancer, ONE et Kind en Gezin). Cette catégorie regroupe toutes les personnes qui sont à risque moindre de contamination dans le cadre de leur activité professionnelle.

4. Les personnes âgées de 65 ans et plus, soit indistinctement, soit par catégories d’âge descendantes selon la disponibilité des vaccins.

5. Les personnes de 45-65 ans avec des comorbidités spécifiques  : obésité (BMI ≥ 30), diabète, hypertension, maladies cardiovasculaires, pulmonaires, rénales et hépatiques chroniques et malignités hématologiques jusqu’à 5 ans après le diagnostic et tous les cancers solides récents (ou traitements anticancéreux récents). La liste des comorbidités n’est pas arrêtée définitivement. Il convient d’envisager de l’élargir si des preuves scientifiques mettent en évidence de nouveaux groupes à vacciner prioritairement (impact sur la transmission).

6. Les personnes exerçant des fonctions sociales et/ou économiques essentielles, selon des critères qui seront définis plus précisément

« La majorité de la population ne sera pas vaccinée avant l’été »

Ces différentes phases s’étaleront durant les premiers mois de 2021, ce qui signifie que la majorité des Belges ne sera pas vaccinée avant l’été, ont admis les autorités sans calendrier plus précis. « Notre stratégie est évolutive. Nous aimerions aller plus vite mais pour l’instant, la seule certitude que nous avons dans notre plan, c’est l’arrivée des vaccins de Pfizer en janvier. Et même ça, ça reste soumis au feu vert de l’Agence européenne des Médicaments (AEM) », a expliqué Dirk Ramaekers, le président de la task force vaccination.

« Il y a quelques incertitudes sur la date à laquelle les vaccins seront disponibles sur notre marché », précise néanmoins Pedro Falcon, commissaire Covid-19. « Il y a aussi des incertitudes sur la manière dont ils vont fonctionner. On attend de recevoir les documents des firmes. Mais on ne sait pas encore s’ils fonctionneront sur la morbidité par exemple ou sur la contagion. Nous devrons certainement ajuster notre stratégie en fonction de l’administration efficace des vaccins et des caractéristiques des vaccins – pour quels groupes cibles ils conviennent le mieux, par exemple. »

« Nous sommes tout de même quasiment certains, aussi, de l’arrivée des vaccins de Moderna. Mais pour le reste, tout dépend de la disponibilité des vaccins et de leurs modalités », a-t-il ajouté.

Les autorités espèrent toutefois qu’à partir de la mi-mars, si tous les vaccins sont approuvés par l’AEM, leur production s’accélérera et qu’il sera alors plus aisé de parvenir au bout des trois phases opérationnelles – 1a (groupes à risques hautement prioritaires), 1b (élargissement des groupes à risques) et 2 (groupes à faibles risques) – qui ont été définies.

Pour rappel, la Belgique s’est engagée à acheter des vaccins à cinq entreprises, selon la même procédure et avec les mêmes standards que pour n’importe quel autre vaccin ou médicament. Dans le détail, 7,5 millions de doses ont été achetées à AstraZenaca ; 5 millions de doses à Johnson & Johnson ; 5 autres millions à Pfizer – BioNtech ; 2,9 millions à Curevac et 2 millions à Moderna.

Notre sélection vidéo