Abonnez-vous pour 1€

Plus d’un milliard d’aides wallonnes pour les entreprises et les indépendants

Plus d’un milliard d’aides wallonnes pour les entreprises et les indépendants

C’est une somme considérable et pourtant, pour certains, c’est juste un petit ballon d’oxygène au regard des pertes engendrées par la crise. Cette aide a fait l’objet de plusieurs vagues, comme les qualifie le cabinet. Voici un rappel succinct de ces vagues.

Vague 1. Indemnité de 5.000 € pour les secteurs contraints de fermer en mars. Cette aide s’adressait à l’horeca, au commerce de détail, aux salles de sport, aux coiffeurs, esthéticiennes… Lors de cette première fermeture, la Wallonie a reçu pas moins de 67.938 demandes. Elle a répondu favorablement à 61.494 d’entre elles.

Vague 2. Cette fois, il s’agissait d’aider, via une indemnité de 2.500 €, tous les indépendants qui pouvaient rester ouverts mais avaient connu une diminution de leur activité. Étaient concernés ici tous les indépendants ayant bénéficié du droit passerelle en avril et mai (aussi la construction, les professions libérales, les garagistes…). 45.285 demandes ont été rentrées, 37.120 indemnités ont été octroyées.

Vague 3. Nous arrivons en été, mais une série de secteurs n’ont toujours pas repris. Une indemnité de 3.500 euros leur est octroyée. Il serait trop long de les énumérer tous, mais en voici quelques-uns : discothèques, cinémas, transport (autocars), agences de voyages…

Vague 4. Toute une série d’entreprises peuvent bénéficier d’une aide basée sur leur chiffre d’affaires si elles peuvent démontrer que celui-ci a baissé d’au moins 60 %. Les aides vont de 3.000 à 40.000 euros en fonction du nombre de personnes employées.

Vague 5. Nous sommes en octobre. Le 19, une série de secteurs doivent à nouveau fermer. Une indemnité de 3.000 à 9.000 euros est proposée. Cibles : les restaurants, bars et autres, mais aussi les parcs d’attractions et les clubs sportifs.

Vague 6. Fin novembre, un budget de 202 millions est dégagé pour aider les commerces « non-essentiels » qui ont dû fermer le 2 novembre. Ça concerne le commerce de détail, les coiffeurs, les esthéticiennes, les agences de voyages, les cinémas, les centres récréatifs…

Vague 7. Pour n’oublier personne, la Wallonie dégage des aides destinées aux ASBL exerçant une activité économique dans les secteurs touchés par la crise et à celles exerçant une activité économique dans les secteurs complètement fermés.