Abonnez-vous pour 1€

Un an après le début du coronavirus, l’Horeca belge ne voit pas le bout du tunnel: «Les premiers fermés et les derniers rouverts, c’est très dur…»

Quasi une année sans rentrées. Comment survivre dans ces conditions?
Quasi une année sans rentrées. Comment survivre dans ces conditions? - Reuters

Cette époque de l’année, devrait être une période prospère pour les cafetiers. Les consommateurs font leur shopping, sortent pour les marchés de Noël… Enfin ça, c’était avant. À Liège comme ailleurs, on s’inquiète de la situation des cafetiers qui n’ont pratiquement pas ouvert depuis le mois de mars.

« Clairement, les cafetiers et restaurateurs ont été les premiers fermés et seront encore une fois les derniers rouverts », regrette Yves Collette, secrétaire de la fédération Horeca de Wallonie. « Et c’est clair que l’on ne voit pas le bout du tunnel. Si on rouvre le 1er février ? Mais pour moi la messe sera dite... »

► La fédération liégeoise dresse un triste bilan...

► Le secrétaire Yves Collette pointe les principales difficultés de l’Horeca belge.

►► Retrouvez l’intégralité de notre grand dossier consacré au coronavirus.