Omar Sy: «Arsène Lupin, c’est le personnage idéal»

Vidéo
Omar Sy: «Arsène Lupin, c’est le personnage idéal»
Marcel Hartmann/Netflix

Les aventures d’Arsène Lupin ont déjà fait l’objet de nombreuses adaptations, tant au cinéma qu’à la télévision. Qu’avez-vous ressenti en incarnant l’apprenti de ce personnage emblématique ?

Ce rôle est un honneur, une grande fierté. Je le prends comme un énorme cadeau. Mais je vais vous corriger un peu : Assane n’est pas l’apprenti d’Arsène Lupin… il est Arsène Lupin lui-même ! C’est le gentleman cambrioleur d’aujourd’hui. La seule différence avec les autres adaptations, c’est que mon personnage donne une place au livre. On rend ainsi un hommage – on va dire – plus direct à Maurice Leblanc et son œuvre.

Vous avez malheureusement essuyé pas mal de critiques à l’annonce du projet et du casting, notamment en raison de votre couleur de peau. Comprenez-vous les réactions des Français, pour qui Arsène Lupin est et restera un homme blanc ?

Je ne comprendrai jamais ça. C’est quelque chose qui ne me surprend pas, mais je ne le comprendrai jamais. Comme je le disais, pour moi, Arsène Lupin est l’archétype du Français. Et j’en suis un… C’est pourquoi je pense que la version du personnage qu’on propose aujourd’hui ferait énormément plaisir à Maurice Leblanc.

Pourquoi avoir mis si longtemps avant de revenir au petit écran, qui vous a pourtant révélé au grand public avec le « SAV des émissions » ?

Je ne sais pas vraiment, je ne me pose pas plus de questions que ça. Je dirais juste qu’il y a un temps pour tout. Et puis, c’est aussi l’occasion qui fait le larron, comme on dit. En tout cas, je trouve que c’est le bon moment pour moi pour revenir à la télévision. Je suis très content de le faire aujourd’hui, j’ai l’impression que le timing est plutôt bon !

Vous collaborez également pour la première fois avec Netflix. Ça fait quoi de jouer pour le leader mondial du streaming ?

C’est un peu la classe, quand même, on ne va pas se mentir. Et puis, surtout, ça permet – et c’est aussi une première pour moi – d’avoir un contenu vraiment local qu’on va exporter, une œuvre franco-française qui va traverser pratiquement toutes les frontières. C’est le gros avantage de Netflix. Pour ça, il y a quelque chose de très excitant dans le fait de travailler avec eux. Ils ont porté la série et je crois que c’est parce qu’ils étaient dans les parages qu’on a pu avoir l’équipe et les accès qu’on a eus. Que ce soit les acteurs ou le Louvre, qui nous a beaucoup aidés… tous ces gens qui ont participé à cette aventure l’ont fait parce qu’il y avait cet engagement derrière, cette promesse de faire rayonner le projet à l’international.

L’intégralité de notre interview exclusive avec Omar Sy est à lire dans le Ciné-Télé-Revue de ce jeudi.

« Lupin partie 1, dans l’ombre d’Arsène », dès ce vendredi 8 janvier sur Netflix.

Notre sélection vidéo