Abonnez-vous pour 1€

«C’est arrivé chez Carrefour, Colruyt,...»: il filmait sous les jupes des femmes, il a été acquitté, «les victimes n’ont pas été exposées»

«C’est arrivé chez Carrefour, Colruyt,...»: il filmait sous les jupes des femmes, il a été acquitté, «les victimes n’ont pas été exposées»
Isopix

Le HLN rapporte cette histoire qui risque de faire du bruit auprès de la gente féminine et des défenseurs de leurs droits. Un homme de 46 ans d’origine jordanienne et résident à Nieuwpoort en Flandre a été acquitté pour voyeurisme malgré les preuves qu’il a filmé sous les jupes d’au moins vingt femmes. Il filmait en faisant ses courses, quand il allait à la banque, en toutes circonstances « de la vie ».

Le juge a motivé l’acquittement en se basant sur le fait que les victimes n’ont pas été exposées pendant qu’il filmait. Selon le code pénal, c’est l’une des conditions pour pouvoir parler de voyeurisme, qui est passible de peines allant de six mois à cinq ans de prison.

C’est sournoisement qu’il a filmé ces femmes à leur insu : « C’est arrivé chez Dreamland, Carrefour, Colruyt… Il prétendait avoir besoin de quelque chose d’inaccessible sur le rayon, puis filmait secrètement sous les jupes des dames. À la banque, il a fait semblant de laisser tomber quelque chose, puis a filmé sous le bureau », a déclaré l’avocat pendant les plaidoiries. L’accusé était absent.

C’est sa propre femme, avec qui il est en instance de divorce, qui a révélé cette affaire. Il l’avait déjà filmée dans la salle de bain alors que leur relation avait déjà pris fin, en y cachant son iPad. Elle avait découvert de nombreuses vidéos sur son téléphone portable, d’autres femmes.

Lors d’un interrogatoire, l’accusé a nié. Il a affirmé avoir accidentellement filmé ou même simplement enregistré les conversations pour pouvoir s’en souvenir plus tard. Mais l’accusation n’y croit pas.

Quoi qu’il en soit, l’accusé s’en est très bien tiré grâce à l’interprétation de la loi pénale par le juge : il a été acquitté. Selon le raisonnement du juge, l’une des conditions pour pouvoir parler de voyeurisme est que la victime soit exposée ou accomplisse des actes sexuels à ce moment. Selon le juge, les victimes n’ont pas été exposées lorsque l’homme les a filmées. Le ministère public envisage maintenant une procédure d’appel.

Notre sélection vidéo