Julie Denayer («Face au juge»): «Cette saison a été la plus difficile à mettre en place»

Julie Denayer («Face au juge»): «Cette saison a été la plus difficile à mettre en place»
Copyright Xavier Janssens / RTL

On imagine que le covid s’est mis aussi en travers de vos tournages…

Oh oui ! Cela a été la saison la plus difficile à mettre en place ! Je me suis demandé jusqu’à la dernière minute si j’allais pouvoir sortir six numéros comme chaque année. J’ai eu la chance de commencer à tourner mon immersion au parquet de Bruxelles avant la crise sanitaire et d’avoir tissé une relation de confiance avec les juges, ce qui fait que notre équipe a pu être acceptée dans les tribunaux.

Au niveau des infractions, verra-t-on des choses qui ont émergé avec ce contexte ?

Malheureusement, les violences intraconjugales et intrafamiliales ont augmenté… Et nous verrons comment la justice a dû s’adapter à veiller à l’application des règles sanitaires qui n’ont pas arrêté de changer, comment le juge doit essayer de comprendre quelles nouvelles lois sont à suivre.

Un exemple ?

Notamment un petit jeune surpris dans la rue pour la huitième, neuvième fois pendant le confinement. À chaque fois, il avait une bonne raison de se balader et le juge doit sanctionner une telle attitude mais c’est compliqué. On dit qu’il se retrouvait à moins de 1,5 m d’un copain, mais la police a-t-elle mesuré ? Comment fait-on ? S’ensuit toute une discussion avec le parquet de Bruxelles pendant l’audience ! En général, ces personnes sont acquittées parce qu’il n’y a pas assez de preuves ou soit condamnées à une peine de travail.

Il y a aussi un cas exceptionnel dans cette saison…

Un cas qui représente bien un problème de la société, celui des gens qui veulent se faire justice eux-mêmes. C’était fin 2019, Michel Lelièvre était libéré sous condition, et un jeune homme a créé une page Facebook appelant à la traque de Michel Lelièvre. Nous avons pu suivre son audition et son audience devant le juge Hennart. Ce cas montre aussi qu’au parquet de Bruxelles, le procureur du Roi fait de la lutte contre l’impunité sur les réseaux sociaux son cheval de bataille.

Cette émission est une radiographie de la société. Au fil des saisons, comment l’avez-vous vue évoluer ?

Ce qui me sidère à chaque fois, et qui ne va pas en s’améliorant, c’est une certaine jeunesse qui n’a pas grand respect pour l’autorité et qui n’est absolument pas impressionnée de se retrouver devant un magistrat ou un juge.

Une interview à retrouver en intégralité dans votre Ciné-Télé-Revue de cette semaine.

« Face au juge » – Dimanche 10 janvier à 19h50 sur RTL-TVI

Notre sélection vidéo