Abonnez-vous pour 1€

Jeux vidéo: Cyberpunk, l’avenir est rempli de bugs

Jeux vidéo: Cyberpunk, l’avenir est rempli de bugs

8 ans plus tard, le titre était même attendu comme l’un des jeux de l’année par la communauté vidéo-ludique, certains n’hésitant pas à le comparer à l’avance à un GTA ou un Red Dead Redemption du futur. Il faut dire qu’à l’approche de la sortie, les trailers et vidéos de gameplay nous en mettaient pleins les yeux et attisaient encore un peu plus notre impatience. Finalement, de la poudre aux yeux…

Sur PC, aucun problème. Le jeu profite des plus beaux graphismes, de la 4K en 60 FPS, du raytracing et, surtout, on ne détecte que d’extrêmement rares bugs. L’histoire et l’évolution du personnage, personnalisable à souhait, font qu’il faudrait près de 200 heures pour terminer le jeu complètement.

Côté consoles, en revanche, c’est la débâcle.

Des personnages qui passent à travers les murs ou les véhicules, des séquences qui ne se lancent pas, des textures qui peinent à s’afficher… Si sur le fond (histoire, évolution de V), rien ne change et tout reste même réussi, sur la forme, Cyberpunk 2077 fait peine à voir. Surtout sur les PS4 et Xbox One, où Night City est complètement désertée et où les graphismes sont tout simplement indignes d’un jeu AAA de fin 2020.

Nous n’y avons pas échappé, la version que nous avons pu tester (sur PlayStation 5) n’était malheureusement pas suffisamment stable pour avoir un regard complet sur le titre. Espérons que les patchs de janvier et février permettront d’améliorer l’expérience, en attendant aussi les mises à niveau graphiques prévues pour les consoles next-gen.

Cette sortie ratée a profondément frustré et choqué la communauté de joueurs, qui ont crié au scandale et ont même réclamé un remboursement… que Sony a finalement accepté. Une perte énorme pour le géant coréen ainsi que pour CD Projekt, qui bosse désormais pour rendre une bonne version du jeu au premier trimestre 2021. Mais les joueurs consoles se montreront-ils encore patients ?

Blutch et Chesterfield reprennent du service

Blutch et Chesterfield reprennent du service

Coup de nostalgie. Microïds ressuscite de nouveau une licence issue de la bande dessinée franco-belge. Après Astérix ou XIII, c’est au tour des Tuniques Bleues de débarquer sur Switch, Playstation, Xbox, PC et Mac. La totale pour ce remake d’un jeu sorti initialement en 1989 sur les ordinateurs de l’époque mais également, et ce fut remarqué, sur la NES de Nintendo. La BD voit le jour en 1968 dans les pages de Spirou. Scénario de Cauvin, dessins de Salvérius puis de Lambil. Elle traite avec humour de la guerre de Sécession qui fit rage aux États-Unis entre 1861 et 1865. Le jeu assez fidèle à l’ambiance originale mélange plusieurs modes de jeu. Stratégie à la « Risk », combats en temps réel vu du dessus et même des phases FPS. Si ces dernières sont rudimentaires au regard des standards actuels, elles demeurent assez fun, surtout à deux joueurs. Car oui, le titre est multijoueur en local et c’est une bonne surprise. 2 joueurs peuvent s’affronter en mode principal mais aussi sur les mini-jeux en accès libre. Au final, si le contenu est assez pauvre en solo, le gameplay stratégique demeure assez riche et les parties à deux sont très sympas. Il plaira avant tout aux fans de la BD originale tout en restant une bonne porte d’entrée pour un genre vidéo-ludique assez rare sur consoles.

Notre sélection vidéo