La dénonciation de la honte: Vinz (8) rentrait chez lui après avoir passé un an à l’hopital à se battre contre un cancer, puis la police a débarqué...

La dénonciation de la honte: Vinz (8) rentrait chez lui après avoir passé un an à l’hopital à se battre contre un cancer, puis la police a débarqué...
Facebook

Les dénonciations pour non-respect des mesures coronavirus sont nombreuses ces dernières semaines. Et si elles sont la plupart du temps justifiées, il arrive que certains appels à la police n’aient, en réalité, pas lieu d’être.

Dernier exemple en date, ce samedi, à Hasselt, dans le Limbourg. Ce jour-là, le petit Vinz, 8 ans, est revenu chez lui, à la maison, après avoir passé un an à l’hôpital à multiplier les séances de chimiothérapie, à se battre contre un cancer. Une quinzaine de ses camarades de classe s’étaient alors réunis pour l’accueillir. Les parents, masqués, se tenaient à l’écart. Dans le même temps, des voisins, qui avaient préparé quelques petits messages de bienvenue, observaient la scène de loin.

Sauf que soudain, la police a débarqué, alertée par un voisin qui estimait que les règles de confinement étaient bafouées. Provoquant la colère de plusieurs personnes sur place, dont un autre voisin, qui a partagé sa colère sur Facebook : « Cher voisin anonyme, j’espère que tu as profité de ton geste héroïque d’appeler la police lorsqu’une dizaine de ses camarades (8/9 ans) sont venus accueillir Vinz à sa maison après un an de lutte contre le cancer », peut-on lire sur cette publication.

Partagée des milliers des fois

« Qu’est ce qui te faisait peur ? Les élèves qui font partie d’une même bulle ? Leurs parents qui attendaient de l’autre côté de la rue en respectant les distances et masqués ? C’est le fait que des voisins, aussi masqués, avaient accroché quelques messages ? J’espère que tu as profité d’avoir gâché le retour à la maison d’un garçon qui s’est battu durant un an contre le cancer et qui a eu plus de 10 séances de chimiothérapie en période de coronavirus. J’espère que tu arriveras à t’endormir sereinement ce soir. Mais si c’est ça la nouvelle norme, je m’en passerais bien », peut-on lire dans cette publication qui a été partagée des milliers de fois.

Et de fait, comme l’explique Het Nieuwsblad, la police est rapidement arrivée sur les lieux. « Lorsque Vinz est arrivé, tout le monde applaudissait. Ça se voyait que ça lui faisait plaisir. Mais avant même que vous puissions rentrer, la police est arrivée », raconte la maman du garçonnet.

Et du côté de la police, on confirme qu’on a été appelé pour un rassemblement, mais que rien d’illégal n’a été constaté : « Nous avons réagi comme nous le faisons toujours pour un tel appel », a confirmé le chef de la police locale. « Deux équipes sont arrivées sur place, et ont remarqué qu’il n’y avait aucune faute qui était commise. Les enfants avaient tous moins de 12 ans et les professeurs avaient tous un masque. Les parents qui étaient là respectaient les distances de sécurité et avaient tous un masque ».

Entre-temps, Vinz a pu retrouver son chez-soi, mais, étant à risque, il continuera à suivre ses cours à domicile.

Notre sélection vidéo